Navigation







Ecrivains - Littérateurs - Femmes de lettres

STEIN Gertrude (1874-1946)

94eme division
mardi 16 janvier 2007.
 

Poètesse, écrivaine et féministe américaine

C’est à Pittsburgh aux Etats-Unis que Gertrude Stein voit le jour le 3 février 1874.

Poétesse, écrivaine, dramaturge et féministe américaine, elle passe la majeure partie de sa vie en France.

Elle est la fille d’un riche industriel d’origine juive.

Elle passe sa jeunesse en Europe. Elle entreprend des études de médecine à l’Université Johns Hopkins qui reste inachevées.

Gertrude Stein arrive à Paris en 1902, en compagnie de Léo Stein, son frère. Tous deux sont collectionneurs.

Pour sa part, Gertrude défend l’art moderne alors que son frère est plus traditionaliste. En 1907, elle rencontre Alice B. Toklas, et partage sa vie à partir de 1909 et ce, jusqu’à sa mort.

Elle vit rue de Fleurus, à Paris. Son appartement devient le lieu de rencontre incontournable pour l’avant-garde parisienne. Doué d’un fort tempérament, elle adore la discussion et la polémique. Sur l’échiquier politique, elle se situe plutôt dans les rangs du conservatisme.

Mais, commence alors les années difficiles. Elle écrit, entre 1906 et 1908, The making of the américans, qu’elle considère comme son grand œuvre. Elle échoue dans ses recherches pour trouver un éditeur. Sa situation financière se dégrade fortement.

La première guerre mondiale éclate, Stein et toklas, par fidélité à leur patrie d’adoption, participent à l’approvisionnement des hôpitaux de campagne et au transport des blessés avec leur propre voiture. Elles sont récompensées par le Gouvernement pour leur engagement. Arrive la fin de la guerre et ses désillusions. Le salon de la rue de Fleurus n’a plus la même fréquentation, les temps ont changés. En 1925, elle publie The Making aux Editions Contact.

C’est avec l’Autobiographie d’Alice B. Toklas, son œuvre la plus facile d’accès, qu’arrive enfin le succès. Elle entreprend alors une tournée de conférences aux Etats-Unis. Puis arrive la guerre d’Espagne. Gertrude Stein soutient le général Franco et se brouille avec Pablo Picasso. En 1938, Gertrude et Alice emménagent rue Christine à Paris.

Lorsque qu’éclate la Seconde Guerre mondiale, les deux femmes quittent Paris pour échapper aux persécutions, grâce à la protection de leur ami Bernard Fay, collaborateur et homosexuel. A la libération, elles n’auront de cesse d’œuvrer à sa libération.

Elle marque son époque comme étant le catalyseur du développement de la littérature et de l’art moderne. Collectionneuse avertie, sa collection personnelle et ses conférences contribuent à la diffusion du cubisme et plus particulièrement de l’œuvre de Picasso.

Gertrude Stein nous a quitté le 27 juillet 1946 à Paris, des suites d’une longue maladie.

Crédit photo : Gertrude Stein, par Carl van Vechten, 1935.

Gertrude Stein, portrait, par Pablo Picasso.