Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

ESQUIROL Jean Etienne Dominique (1772-1840)

8eme division (10eme ligne, AB, 22)
lundi 15 janvier 2007.
 

Médecin psychiatre

Jean Etienne Dominique Esquirol est né à Toulouse le 3 février 1772. Il est promis, comme bon nombre de ses contemporains, à une carrière ecclésiastique. Mais, en 1799, il monte à Paris et entreprend des études de médecine.

Il est tout d’abord l’élève de Corvisart à la Charité, puis dès 1801, il travaille avec Philippe Pinel à la Salpetrière. Il écrit, Les passions considérées comme cause, symptôme et moyen de la maladie mentale, en 1805.

En 1820, il succède à Pinel, et devient médecin chef de la Salpetrière. Rue Buffon, il fonde une maison de santé privée pour aliénés, c’est le premier établissement psychiatrique privé français dirigé par un médecin. Cet établissement est transféré à Ivry en 1827 par Mitivier, son élève.

Royer-Collard disparu, il lui succède au poste de médecin-chef de la Maison Royale de Charenton. Il est à l’origine du programme architectural du nouvel établissement, réalisé par Gilbert, qui ouvre ses portes en 1838. Une statue d’Esquirol est inaugurée à Charenton en 1825.

Esquirol rédige un rapport Sur les établissements consacrés aux aliénés en France. Son principal ouvrage est intitulé, Des maladies mentales considérées sous le rapport médical hygiénique et médico-légal. Jean Etienne Esquirol s’est éteint dans sa maison de santé de la rue Buffon le 12 décembre 1840.

Sur sa tombe au Père Lachaise, on peut lire

Jean Dominique Etienne Esquirol né à Toulouse

médecin en chef de la Maison Royale de Charenton

président du conseil de salubrité,

Membre de l’Académie Royale de Médecine, de la Légion d’Honneur.

décédé à Paris le 12 décembre 1840 dans sa 69e année

et Anne Joséphine Constance Carré née à Paris, sa veuve

décédée le 9 avril 1841 dans sa 54e année

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)