Navigation







Ancien Régime - Serviteurs - Gens de compagnie

MOLIERE Rosalie Marie de la ou Delamolière (1768-1848)

3eme division (8eme ligne, AF, 18 - Cénotaphe)
samedi 6 janvier 2007.
 

Nous n’avons que peu d’information sur Rosalie de la Molière, sinon que la reine Marie Antoinette prisait fort sa compagnie....

Si vous avez de l’eau à apporter à notre moulin, n’hésitez pas, merci.

Dame de compagnie de Marie-Antoinette

Rosalie marie de la Molière (ou Delamolière) est née Marie Lacroix en 1768. Elle fut la dernière lectrice et dame de compagnie de Marie-Antoinette, reine de France, épouse du roi Louis XVI.

Lectrice et gouvernante de la reine, Rosalie de la Molière suivit sa maîtresse dans sa captivité et partagea le sort de la reine déchue.

Elle l’accompagna jusqu’à ses derniers jours.

"Elle fut la dernière personne

placée auprés de la Reine

dans sa captivité

et resta soixante seize jours

au service de sa souveraine"

Elle est née le 19 mars 1768, à Breteuil fille du cordonnier François (1738/1812) et de sa femme Marguerite Charlotte Vaconsin (décédée le 7 février 1780 à Laucourt), elle avait six frères et sœurs. Même si elle n’a jamais été mariée, elle avait une fille Marie-Rosalie Delamolliere.

Suite aux Massacres de Septembre, en 1792 elle est engagée par le couple Richard, responsables de la Conciergerie, jusqu’en 1799.

On ne sait pas à quoi elle ressemblait exactement. Le peintre Tony Robert-Fleury (1837-1911) l’a représentée, a posteriori dans un tableau de 1906.

Elle est décédée le 2 février 1848 à l’hospice des incurables rue de Sèvres. Inhumée au cimetière de Montparnasse.

Au cimetière du Père-Lachaise (3e division), sur l’arrière de la sépulture Lacroix-Delamolliere, en hommage à sa mère sa fille fît gravé l’inscription suivante : « A la mémoire de ma mère, Rosalie Delamolliere, dernière personne placée 76 jours auprès de la Reine Marie-Antoinette dans sa captivité, pour le besoin de tout son service, dont elle s’acquitta avec douceur et respect. Priez pour elle. »

Un grand merci à Mme Sabourdin-Perrin pour son aide précieuse...

Sources : Guide du Père Lachaise, Jules Moiroux,1907, Paris, et divers.