Navigation







Hommes politiques - Représentants du Peuple - Ministres

BIGOT DE PREAMENEU Félix Julien Jean (1747-1825)

14eme division (2eme ligne, X, 25)
jeudi 4 janvier 2007.
 

Juriste et ministre des Cultes du 1er Empire

Avocat et jurisconsulte et homme de foi, Félix Julien jean Bigot de Préameneu est né à Rennes le 26 mars 1747. Fils d’un avocat au Parlement de la ville. Il est destiné très tôt à la carrière ecclésiastique, celui qui sera ministre des Cultes de l’Empereur Napoléon, commence ses études au séminaire de Rennes. A la mort de son père en 1762, il entreprend une carrière juridique, il devient avocat au Parlement de Rennes en 1767, il est Docteur en droit en 1768, et obtient son doctorat la même année. Il achète alors une charge de conseiller en 1778.

C’est à cette époque qu’il monte à Paris avec les fonctions d’agent général des Etats de Bretagne. Bigot représente dans la capitale les intérêts des principales commune de sa province et de ses protecteurs, les Rohan.

Dans les débuts de la Révolution Bigot de Préameneu est tout à fait favorable aux idées et aux changements. Il joue le jeu des nouvelles institutions mises en place par l’assemblée Constituante et est même élu juge au tribunal du Ive arrondissement de la Seine le 5 décembre 1790, en même temps que Roederer. Il est, quelques mois plus tard, commissaire du Roi dans le Gard là où des troubles sérieux ont éclaté.

Il est élu député de la Seine à la Législative, le 5 septembre 1791. Il siège avec les modérés. Il vote contre la suppression de la sanction royale (7/01/1792), contre la poursuite des prêtres insermentés (29/02/1792), contre les mesures au sujet des émigrés (22/03/1792). Il préside l’assemblée du 15 au 28 avril 1792. Le 21 juin, il fait adopter une mesure visant à interdire toute présentation de pétitions par des hommes en armes. Le 10août, il prend fait et cause pour la famille royale.

La réponse ne se fait pas attendre, il devient suspect aux yeux des conventionnels les plus rigides. Il se retire alors en Bretagne et tente de se faire oublier. Mais, il est arrêté le 4 juin 1794, ramené à Paris sous bonne escorte et enfermé à la prison Sainte-Pélagie. Il échappe de peu à la guillotine par la chute de Robespierre, il est libéré le 26 août et s’en retourne à Rennes. Il se tient à l’écart de la politique.

Il revient à Paris en germinal an V (mars 1797) et devient président de l’une des quatre chambres du tribunal civil de la Seine. Il est favorable au coup d’état du dix-huit brumaire. A la création du Consulat, il est nommé commissaire du gouvernement. C’est le début d’une grande carrière au service du régime impérial : il est membre de la commission devant préparer le Code Civil (1800), membre du comité d’administration des Hospices de Paris (1800), conseiller d’état, section de la législation (1802), organisateur de la justice en Ligurie (1805) et bien sur, ministre des Cultes du 4 janvier 1808 au 6 avril 1814.

Le régime le comble d’honneurs, il est membre de l’Institut (1799), membre de l’Académie Française le 31 juillet 1803. Bigot est membre de la Légion d’Honneur, chevalier puis Grand-Officier en juin 1804, président du collège électoral d’Ille et Vilaine (1806), comte de l’Empire avec dotation, Grand-croix de l’Ordre de la Réunion et chevalier de la Couronne de Fer.

C’est un fidèle parmi les fidèles de l’Empereur déchu, il accompagne l’Impératrice Marie-louise à Blois, en avril 1814. Louis XVIII et la Restauration le considèrent comme démissionnaire de tous ses postes et fonctions. Pendant les Cent Jours, il est nommé directeur général des Cultes, ministre d’état en mars et Pair de France en juin 1815.

Après la défaite de Waterloo, il se retire, mais n’est pas exclu de l’Institut. Il devient même membre du Comité de consultation de la Légion d’Honneur en 1820, du Conseil général des prisons et du Mont de Piété de la Ville de Paris en 1824.

Il s’est éteint à Paris le 31 juillet 1825.