Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

GALL Franz (1758-1828)

18eme division (2e ligne, U, 23)
dimanche 24 décembre 2006.
 

Médecin allemand, père de la "cânologie"

Franz Joseph Gall, médecin allemand, voit le jour à Tiefenbronn en 1758. Il est l’élève de Van Swieten, en 1758, à l’Université de Vienne, en Autriche. Il y est étudiant et plus tard en sera professeur. Il concentre ses études sur le cerveau, plus particulièrement concernant les relations entre la matière grise et la matière blanche qui composent notre cerveau.

Gall est le premier à se poser la question de savoir si les circonvolutions diverses de la surface du cerveau n’étaient pas impliquées dans les diverses fonctions ce qui en fait l’un des précurseurs de la neurophysiologie. Il est donc le père d’une nouvelle science, qu’il baptise Crânoscopie.

L’un de ses disciples, Johann Christoph Spurzheim rebaptisa de son nom utilisé de nos jours, la Phrénologie en 1810. Plus tard, Paul Broca, reprend ses recherches sur les liens entre les aires du cerveau et les facultés mentales, et déterminera ainsi les localisations cérébrales.

Mais les recherches de Gall dérapèrent quand il crut pouvoir déterminer un lien certain entre la protubérance des yeux de certains de ses étudiants et leurs capacités. Il en arrive à généraliser cette idée au point de déterminer une trentaine d’organes de ce type : organe de l’amitié, de l’amour physique, de l’esprit métaphysique, etc.

Malgré la fantaisie de cette théorie, naturellement fausse, elle est la première à attribuer une localisation aux différentes fonctions du cerveau. Mais l’idée même sera controversée pendant des années. Il existe encore au Musée de l’Homme, les réserves de crânes de cette époque, férue de phrénologie. On peut encore y lire les étiquettes désignant les aires cérébrales sous des termes de : Besoin inné d’être bon, charitable et miséricordieux, Perception des lois de l’harmonie, Amour du lucre, ou bien encore, Besoin d’admiration, Tendance à la foi...

Franz Joseph Gall est décédé à Montrouge en 1828.