Navigation







Ecrivains - Poétes - Littérateurs

FLERS Robert , marquis de (1872-1927)

18eme division
samedi 23 décembre 2006.
 

Auteur dramatique

Natif de Pont-l’évêque dans le Calvados, Robert Pellevé de la Motte-Ango, marquis de Flers voit le jour le 25 novembre 1872. C’est le rejeton d’une noble et ancienne famille de Normandie, fils d’un sous-préfet de sa ville natale, Robert de Flers fait de brillantes études de lettres et de droit, puis songe un temps à entrer dans la diplomatie, mais se tourne très rapidement vers le journalisme et la littérature.

Au lycée Condorcet à Paris, il est le condisciple de Marcel Proust, ils resteront très liés tout au long de leurs existences. En 1901, il épouse la fille de Victorien Sardou. Il a comme secrétaire le jeune Gaston Gallimard.

A la fin de ses études, il fait un voyage en Orient qui lui inspire ses premières lignes, une nouvelle intitulée, La Courtisane Taïa et son singe vert, un conte, Ilsée, princesse de Tripoli, et un récit de voyage, Vers l’Orient. Mais c’est avant tout un auteur dramatique. Son premier collaborateur est Gaston Arman de Caillavet avec qui il écrit des comédies légères, spirituelles et gaies, telles que Le Sire de Vergy en 1903, Les Sentiers de la vertu (1903), Pâris ou le bon juge (1906), le célèbre Miquette et sa mère (1906), Primerose (1913), L’Habit vert (1913). Pendant plus de quinze années le duo règne en maître sur le théâtre de Boulevard.

Mais, en 1915, Caillavet meurt, Robert de Flers se retrouve seul. C’est la première guerre mondiale, de Flers joue alors un rôle diplomatique important entre la France et la Roumanie. La paix revient, il trouve un nouveau collaborateur en la personne de Francis de Croisset, ils produisent : Les Vignes du Seigneur (1923), Les nouveaux Messieurs (1925), Le Docteur Miracle (1926). Tous deux donnent le livret l’opérette Ciboulette sur une musique de Reynaldho Hahn en 1923.

Robert de Flers devient directeur littéraire du journal Le Figaro en 1921. Il est élu conseiller général de la Lozère. L’Académie française le reçoit sous la Coupole le 3 juin 1920. Robert de Flers aurait servi de modèle avec Robert de Montesquiou et Gaston de Caillavet, au personnage de Robert Saint-Loup dans A la recherche du temps perdu de Marcel Proust.

Robert de Flers est décédé à Vittel dans les Vosges, le 30 juillet 1927.