Navigation







Ecrivain - Romancier - Sociologue

BOURDIEU Pierre (1930-2002)

28eme division
jeudi 21 décembre 2006.
 

Sociologue et écrivain

Pierre Bourdieu voit le jour en 1930, le 1er août à Denguin dans le Béarn (Pyrénées Atlantiques). Son père est facteur, il deviendra directeur du bureau de poste. Le jeune Pierre est un excellant élève. Il fait ses études au lycée Louis Barthou à Pau, où il est interne. L’un de ses professeurs, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, l’exhorte en 1948, à s’inscrire en classe préparatoire, en Khâgne au lycée Louis-le-Grand à Paris.

Pierre Bourdieu est reçu à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm. Il prépare l’agrégation de philosophie, qu’il obtient en 1954. Il fait partie de la même promotion que Louis Marin, Jacques Derrida et Emmanuel Leroy Ladurie. Il se tourne alors vers l’étude de la logique et de l’histoire des sciences, enseignée par Gaston Bachelard.

Suit une expérience relativement brève au poste de professeur au lycée de Moulins en 1954-1955, il est appelé sous les drapeaux en 1955 à Versailles (Yvelines). Mais, pour raison disciplinaire, on l’envoie en Algérie où il reste deux années dans le cadre de la « pacification » (sic). Une fois libéré de ses obligations militaires, il enseigne la philosophie à la Faculté des Lettres d’Alger. En 1960, il retourne en France, laissant derrière lui le putsch d’Alger, et son « quarteron de généraux ». Il devient alors assistant à la Sorbonne, puis occupe le poste de Maître de conférence à l’Université de Lille, et ce, jusqu’en 1964.

A l’école des langues orientales, il parfait son étude de l’arabe et du berbère. Il se marie en 1962, de son union naîtront trois enfants. Puis c’est l’Algérie et le passage à la sociologie, c’est un moment décisif dans sa carrière. Il mène toute une série de travaux d’ethnologie en Algérie qui amènent l’écriture de plusieurs livres.

En 1964, il rejoint l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS), la même année il publie Les Héritiers, en collaboration avec Jean Claude Passeron, cet ouvrage rencontre un vif succès. En 1965, Pierre Bourdieu entreprend une série d’ouvrages de travaux : Un art moyen, Essais sur les Usages sociaux de la photographie, suivi en 1966 par l’Amour de l’Art. En 1979, il publie, De la distinction. Critique sociale du jugement, c’est son œuvre la plus importante. Il fonde le centre de sociologie européenne, à l’EHESS, avec l’appui de Raymond Aron et une subvention de la fondation Ford.

En 1981, il devient professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de sociologie. Il est le premier sociologue à recevoir la Médaille d’or du CNRS en 1993. A compter de 1990, Pierre Bourdieu s’implique dans la vie politique. Il soutient les intellectuels algériens aux jours sombres de la guerre civile. En 1996, il est un des initiateurs des Etats généraux du mouvement social. En 1997-98, il soutient également le mouvement des chômeurs. De cette période date son ouvrage : La misère du monde (1993).

P. Bourdieu devient directeur de la Collection Le Sens commun aux Editions de Minuit, qui publient tous ses livres jusqu’en 1992 où il change d’éditeur au profit des Editions du Seuil. Avec Fernand Braudel, il fonde en 1975, la revue Actes de la recherche en Sciences Sociales, revue qu’il dirige jusqu’à sa mort. Il fonde également la maison d’édition Raisons d’agir, qui publie des ouvrages de jeunes chercheurs.

Pierre Bourdieu est décédé des suites d’une longue maladie le 23 janvier 2002, laissant inachevé son dernier ouvrage sur Manet, ainsi que son autobiographie : Esquisse pour une auto-analyse.