Navigation







Littérateurs - Ecrivains - Philosophes

BURDEAU Auguste (1851-1894)

65eme division (1ere ligne, W, 4)
vendredi 13 octobre 2006.
 

Philosophe et président

de la

Chambre des députés

Auguste Laurent Burdeau est né à Lyon le 10 septembre 1851, issu d’une famille très pauvre, il est obligé de travailler dès l’âge de 10 ans, à la mort de son père, comme apprenti tisseur de soie. Il poursuit malgré tout son instruction pour être admis au concours d’interne au Lycée de Lyon, puis au collège Sainte-Barbe de Paris. Il est reçu à l’Ecole normale supérieure en 1870 et s’engage à la guerre comme volontaire contre la Prusse. Burdeau est blessé et fait prisonnier.

Auguste Burdeau est décoré de la Légion d’Honneur à l’âge de vingt ans en 1871. Il reçoit son agrégation de philosophie et devient professeur de philosophie à Saint-Etienne, puis à Paris, au Lycée Louis-le-Grand, et il écrit des articles dans la Revue philosophique. Il occupe le poste de professeur également à Nancy, disciple de Kant, il a pour élève Maurice Barrès.

Fondateur du Bulletin de correspondance universitaire, il est remarqué par Léon Gambetta et par Paul Bert. Il est nommé chef de cabinet de Paul Bert qu’il remplace au ministère de l’Instruction Publique en 1881. Il est élu député du Rhône de 1885 à 1894. Burdeau est ensuite nommé ministre de la Marine et des Colonies de 1892 à 1893 après le succès de la campagne du Dahomey. Il est chargé du rapport sur l’Algérie, mais refuse le poste de gouverneur général qui lui est proposé. Edouard Drumont l’accuse dans La Libre Parole de corruption. Drumont sera condamné par les tribunaux pour diffamation. Il sera encore ministre des Finances de 1893 à 1894 dans le cabinet de Casimir Perier. Il est élu Président de la Chambre des Députés le 5 juillet 1894.

Casimir Perier souhaite lui voir accepter de portefeuille de Ministre du Conseil, mais la maladie empêche la réalisation de ce projet. Burdeau est un défenseur acharné de la laïcité, on lui doit la rédaction de L’Instruction morale à l’école (1893) et du Manuel d’Education morale (1893) où il démontre que la morale n’est pas obligatoirement liée à la religion et à sa pratique. D’après lui, le citoyen peut, sans aucune référence à une divinité ou à une croyance, être un homme d’une totale probité.

Il entreprend une Etude sur la famille Carnot, mais la mort interrompt son travail, il décède le 11 décembre 1894 à Paris.

Sa tombe est ornée d’un buste signe Boucher.

Crédit photo : Hugo_photo (APPL 2005)