Navigation







Sciences et Techniques

BIENVENÜE Fulgence (1852-1936)

82eme division
jeudi 12 octobre 2006.
 

Le créateur du métro parisien

Fulgence Marie Auguste Bienvenüe est né le 27 janvier 1852 à Uzel dans les Côtes d’Armor, c’est le treizième et dernier enfant de sa famille. Ses ancêtres sont bretons. Sa famille est apparentée au Maréchal Foch, ce dernier ayant épousé le 5 novembre 1883 en l’église Saint-Michel de Saint Brieuc, Julie Bienvenüe, petite cousine de Fulgence, il est allié de même aux Mazurié de Kéroualin de Segré.

Son père occupe la charge de notaire, c’est un homme très cultivé et disert qui a une grande influence sur les brillantes études de son fils. Son grand-père est magistrat, juriste et écrivain. Il est également polémiste et l’auteur d’une œuvre considérable, il est également député à la Chambre des Représentants en 1815. Edouard Bienvenüe (1901-1980), son cousin était notaire à Mayence de 1934 à 1965, et conseiller municipal de cette même ville de 1940 à 1958.

Le jeune Fulgence passe son bac à l’âge de quinze ans. En 1870, trois ans plus tard, il est reçu à l’Ecole Polytechnique. C’est là qu’il manque être fusillé en compagnie d’autres élèves de l’X pendant la Commune. Deux années plus tard, il entre à l’Ecole nationale des ponts et chaussées. A sa sortie de cette institution, il est nommé chef d’arrondissement en Normandie. Il a en charge la construction de deux lignes de chemin de fer : les lignes Fougères-Vire et Domfront-Alençon.

Lors d’une visite d’expropriation très mouvementée, le 25 février 1881, il perd son bras gauche lors d’un accident sur le tracé de la ligne Pré-en-Pail-Mayenne. Il est ensuite nommé ingénieur en chef de 1891 à 1893, pour la construction de l’aqueduc de l’Avre.

Bienvenüe est muté à Paris en 1884. Deux ans plus tard, il travaille pour le compte de la Ville de Paris dans le service municipal de la voie publique. Il participe à la construction du funiculaire de Belleville qui est inauguré en septembre 1890. Il participe également à l’aménagement des Buttes Chaumont et à la percée de l’avenue de la République. Ces réalisations lui valent la promotion et la reconnaissance du public.

En 1895, il prépare un avant-projet sur le métropolitain en s’inspirant des études de Berlier. Le projet définitif est présenté et adopté par le Conseil municipal le 9 juillet 1897. Le projet est déclaré d’utilité publique par la loi votée le 30 mars 1898. Les travaux sont lancés le 4 octobre 1898 pour être prêts avant l’Exposition universelle de 1900. La première ligne Porte de Vincennes-Porte Maillot est inaugurée le 19 juillet 1900 par M. Bienvenüe. Cette même année, il reçoit la Légion d’Honneur au grade d’officier, et est nommé responsable du service de la voie publique, de l’éclairage et du nettoiement. Il continue néanmoins la construction du Métro.

Mais, la première Guerre Mondiale éclate, Fulgence Bienvenüe demande à être mobilisé, ce qui lui est refusé compte tenu de son âge (62 ans). Il devient directeur du port de Paris en 1917. Il prend en charge la rénovation du canal de l’Ourcq et de Saint Denis. Il crée aussi le nouveau port de Gennevilliers. Il est promu Grand-croix de la Légion d’Honneur par le maréchal Foch en récompense de ses services pour la Ville de Paris.

Fulgence Bienvenüe ne prend définitivement sa retraite que le 6 décembre 1932 à l’âge de quatre vingt ans. L’année suivante, le Conseil de Paris décide de donner son nom à la station et la place du Maine en hommage au Père du Métro.

Le 3 août 1936, deux jours après Louis Blériot, Fulgence Bienvenüe meurt à Paris. Il est inhumé le 7 août au Père Lachaise dans la plus grande indifférence.

Cédit photos : Hugo_photo et divers (APPL 2005/2010)