Navigation







Ecrivain - Romancier - Poète

BORNE ou BÖERNE Ludwig (1786-1837)

19eme division (1ere ligne, S, 30)
lundi 11 septembre 2006.
 

Ecrivain et publiciste allemand

Karl Ludwig Börne ou Böerne est né Lob Baruch le 6 mai 1786 à Francfort sur le Main. Son père est employé aux affaires d’un banquier.

Le jeune Ludwig reçoit sa première éducation à Giessen. Mais, les juifs sont interdits dans les emplois publics et les administrations à francfort. Il est envoyé alors à Berlin pour suivre des études de médecine. Son professeur n’est autre que Markus Herz, Ludwig réside chez lui.

Le jeune homme tombe éperdument amoureux de l’épouse de son patron, Henriette Herz (1764-1847). Cet amour lui inspire une série de lettres d’un style et d’une beauté remarquable.

Mais, il est fatigué de la science médicale, qu’il poursuivra plus tard à Halle. Il étudie les lois constitutionnelles et les sciences politiques à Heidelberg et à Giessen. En 1811 il est reçu docteur à l’Université. Il retourne alors à Francfort, devenu grand duché sous la souveraineté du prince-évêque Karl von Dalberg. Böerne occupe le poste d’officier de police. Mais en 1814, les anciennes règles reprennent le dessus, et il perd son poste. Rendu amer par l’oppression sous laquelle les juifs souffrent en Allemagne, il s’investit dans le journalisme et écrit des articles dans les journaux de Francfort, le Staatstristretto et la feuille libérale Zeitschwingen.

En 1818, il se convertit au protestantisme luthérien, il change alors de nom et devient Ludwig Böerne.

De 1818 à 1821, il écrit le salaire de matrice, un texte qui se distingue par ses articles politiques virulents et ses critiques théâtrales puissantes et pertinentes, mais très sarcastiques.

Cet article est supprimé par les autorités policières et leur auteur interdit d’édition. Il mène alors une vie d’errance à Paris, Hambourg et Francfort.

Après la Révolution de 1830, il arrive à Paris, souhaitant trouver un nouvel état plus proche de ses aspirations et plus proche de la liberté. Mais il est déçu dans ses espoirs. Il s’engage alors dans la littérature avec passion, il soutient le mouvement pour la jeune Allemagne avec pour objectif la diffusion de l’esprit démocratique et la démocratie comme condition de la liberté. De 1830 à 1834, ses lettres écrites de Paris ont dérivé de la Révolution de Juillet pour affirme la nécessité d’une révolution en Allemagne. Ces lettres et ses articles sont interdits, frappés par la censure.

Ecrivain prolifique, on lui doit entre autre : Tableaux de Paris, Lettres sur Paris, Celui qui ose, Une revue pour la vie des citoyens, Recueil de lettres (1899). Ludwig Börne est considéré comme le pionnier de la critique littéraire en Allemagne. Il est surtout connu pour ses efforts en vue d’une amitié durable franco-allemande. Il est décédé à Paris le 12 février 1837.

Crédit photo : Hugo_photo/Annie_photos (APPL 2005-2008)