Navigation







Commune de Paris (mars-mai 1871)

FLOURENS Gustave (1838-1871)

66eme division (1ere ligne, AB, 8)
dimanche 10 septembre 2006.
 

Révolutionnaire, parlementaire et auteur

Gustave Flourens est le fils du physiologiste Marie Jean Pierre Flourens professeur au Collège de France et député en 1838-39 et le frère aîné d’Emile Flourens, futur ministre des Affaires étrangères de la IIIe République. Il voit le jour le 4 août 1838 à Paris. Plus proche de nous, il est l’arrière grand-oncle de Bruno Gollnisch, ancien député du Rhône.

En 1863, il entreprend pour le compte de son père des conférences au Collège de France, le sujet étant, l’Histoire de l’humanité. Il est professeur dans cette institution à l’âge de 25 ans. Mais ses théories quand à l’origine de la race humaine lui valent les foudres du Clergé, il est exclu et doit cesser ses cours.

Il quitte Paris et se rend à Bruxelles où il a édité ses conférences sous le titre de Histoire de l’homme en 1863. Il visite ensuite Constantinople et Athènes, il participe à l’insurrection crétoise de 1866. Il devient député de la Crète au parlement grec Il fait un séjour en Italie où il fait paraître un article dans el Popolo d’Italia, ce qui lui vaut une arrestation et un emprisonnement. A la finale, il est renvoyé en France.

Un duel avec Paul de Cassagnac, rédacteur de journal, manque lui coûter la vie. A Paris, il met sa plume au service de la cause républicaine et du républicanisme. Mais sa participation au soulèvement de Belleville le 7 février 1870, le contraint de quitter la France. A la chute de Napoléon III et de l’Empire, il revient à Paris. Il est bientôt placé à la tête d’un corps de tirailleurs. Mais, à cause de ses positions et démarches insurrectionnelles, il est fait prisonnier à Créteil et enfermé à Mazas, le 7 décembre 1870. Il est libéré par ses hommes dans la nuit du 21 au 22 janvier 1871.

Le 18 mars 1871, il rejoint le mouvement insurrectionnel de la Commune de Paris. Flourens est élu membre de la Commune par le XIXe arrondissement.

Il est nommé général et chargé de la défense de Paris. C’est un des chefs les plus actifs de la révolte. Dans une sortie contre les troupes versaillaises au matin du 3 avril, il est tué dans un corps à corps à Chatou alors qu’il était désarmé par le capitaine de gendarmerie Desmarets, d’un coup de sabre qui lui fend la tête.

Ce militaire très courageux sera juge de paix à la Garnache en Vendée et protégé par le comte de Baudry d’Asson.

Gustave Flourens est l’auteur de plusieurs ouvrages notamment : La Science de l’Homme (1869), et de plusieurs brochures. Il repose dans la même sépulture que son père,Marie Jean Pierre Flourens, physiologiste et professeur au collège de France.