Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

BAYLE Gaspard Laurent (1774-1816)

28eme division (10e ligne, Q, 32)
mercredi 30 août 2006.
 

Médecin clinicien de l’Hôpital de la Charité

Gaspard Laurent Bayle est né en 1774 au Vernet en Provence. Clinicien et anatomo-pathologiste français il s’est intéressé à la tuberculose et par là, au cancer. Considérés comme voisins l’un de l’autre. C’est l’un des médecins les plus importants de son temps, collaborateur de Dupuytren, professeur de Laënnec et de Chomel.

Bayle distingue au sein des squirrhes, des tumeurs bénignes et malignes. Il considère que le cancer est une maladie générale qui n’est ni contagieuse, ni héréditaire. Par de multiples examens et de multiples autopsies, il montre le phénomène de diffusion à l’origine des métastases.

Il écrit un Traité des maladies cancéreuses qui est publié à titre posthume par son neveu, Antoine Laurent Bayle en 1833. On lui doit aussi un ouvrage intitulé Recherches sur la phtisie pulmonaire paru en 1810.

Gaspard Laurent Bayle a puissamment contribué au progrès de l’anatomie pathologie. Il occupa le poste de médecin de l’Hôpital de la Charité. Cet hôpital fondé en 1606, par la volonté de Marie de Médicis. Elle fait venir en France les Frères de Saint Jean de Dieu. Ils reçoivent de l’abbé de Saint Germain des Prés l’utilisation de l’ancienne petite chapelle Saint-Père.

En 1613, ils commencent la construction de bâtiments importants à destination hospitalière. C’est le début de l’hôpital de la charité. L’ensemble des bâtiments fut détruit vers 1935 à l’exception de la chapelle, pour faire place à la nouvelle faculté de médecine.

Gaspard Laurent Bayle est décédé à Paris en 1816. Il fut inhumé dans la 28eme division du père Lachaise.

Dans la même sépulture repose Antoine Laurent Bayle, neveu du précèdent, né en 1799 et décédé en 1859. Professeur agrégé et sous-bibliothécaire de la Faculté de Médecine de Paris. Il est le fondateur de la Revue médicale. Il publia lui-même quelques ouvrages estimés par ses contemporains, entre autres la Bibliothèque de Thérapeutique, parue de 1828 à 1837, en quatre volumes in-8.

Doménico Gabrielli affirme dans son Dictionnaire Historique du Père Lachaise (2000 Paris), que leur sépulture a été reprise en 2001, nos démarches auprès de l’administration des cimetières tend à prouver le contraire, avis aux amateurs de recherches, la 28e division vous attend...