Navigation







Syndicalistes - Hommes politiques - Résistants

PAUL Marcel (1900-1982)

97eme division
samedi 26 août 2006.
 

Homme politique et résistant

Marcel Paul est né à Paris le 12 juillet 1900.

C’est un militant syndical dès 1922. En 1927, il adhère au Parti communiste français. En 1939, il est secrétaire général de la fédération de l’éclairage de la CGT.

Il admire profondément Maurice Thorez, mais, privilégiera toujours ses mandats syndicaux.

Marcel Paul est mobilisé en 1939 et fait prisonnier au moment de la déroute. Il parvient à s’enfuir et à regagner Paris. Mais il n’a plus de contact avec le PCF.

Il quitte Paris à vélo pour gagner la Bretagne, là, il renoue avec le Parti, plus spécialement avec le responsable régional de Bretagne, Auguste Havez.

Jusqu’en novembre 1940, il partage des responsabilités avec ce dernier. Il rejoint Paris où il s’occupe de l’ « organisation spéciale » (OS) dans l’action anti-allemande.

Mais, le 13 novembre 1941 il est arrêté et torturé par la Brigade spéciale au commissariat de Saint-Denis. Il est interné à la centrale de Fontevrault en février 1943. Transféré à Blois, il est livré aux allemands.

Il est déporté à Buchenwald le 14 avril 1944. C’est dans ce camp qu’il devient le principal responsable du « Comité des intérêts français » présidé par le colonel Manhès.

Il a un rôle important dans l’insurrection du camp en avril 1945. Certains français ont du leur salut à ce comité, dont Marcel Dassault, qui par gratitude, versera chaque année une somme d’argent au quotidien communiste, l’Humanité.

La Libération le trouve ministre de la production industrielle dans le Gouvernement provisoire de la République française, du 26 janvier au 24 juin 1946, dans le gouvernement Félix Gouin, et du 24 juin au 16 décembre 1946 dans le gouvernement Georges Bidault.

Il fonde avec le colonel Manhès la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes en octobre 1945.

Marcel Paul est élu député communiste de la Haute-Vienne à la deuxième Assemblée nationale constituante, puis à l’Assemblée nationale de 1945 à 1948. Il siège au Comité central du Parti communiste français de 1945 à 1964.

Il est décédé à Saint-Denis le 11 novembre 1982.

Il repose dans la 97e division.

Sources : Wikipédia et divers.

(APPL 2017)