Navigation







Révolution et Empire

JAMIN Jean Baptiste général baron (1772-1848)

41eme division
samedi 12 août 2006.
 

Général de l’Empire

Jean Baptiste Jamin est né le 20 mai 1772 dans un petit village de la Meuse, Villècloye. On peut voir encore de nos jours, sa maison natale. Il est le fils d’un couple d’agriculteurs, François Jamin et Elisabeth Aldrin, de condition moyenne. Il a une sœur et deux frères, dont l’un, Henri, sera blessé mortellement à ses côtés lors de la bataille de Montefacio, le 7 avril 1800.

Le jeune Jamin fait ses études au collège de Virton, situé actuellement en Belgique. Il s’engage, le 14 septembre 1791, au 17eme bataillon d’infanterie légère. Il est promu lieutenant en janvier 1792, puis capitaine en mai de la même année. Il sert successivement aux armées des Ardennes (1792), de la Moselle (1793-94), de Sambre et Meuse (1794-97), du Danube puis d’Helvétie (1799) et d’Italie (1800).

Au cours de ces campagnes, il participe à la libération de Landau (26 décembre 1793), à la bataille de Fleurus (26 juin 1794), à la défense de Gênes (avril 1800). Il est fait chef de bataillon le 16 août 1800. Il sert en Italie et à Montmédy (1801-1803). Il fait les campagnes de Prusse et de Pologne. Il s’illustre à Iéna (14 octobre 1806), et à Friedland (14 juin 1807). Il passe ensuite à l’armée d’Espagne, il combat à Somosierra (30 novembre 1808), au siège de Cadix (1810-1811). Il est fait colonel major du 1er régiment de voltigeurs de l’ex garde le 1er février 1813. Le 27 avril de la même année, il est promu général de brigade.

Pendant la campagne de France de 1814, il commande par intérim la 1ere division du 2eme corps de la Grande Armée. Il combat à Brienne et à Fère-Champenoise où il est sérieusement blessé et fait prisonnier.

A la Restauration, il est mis en non activité depuis août 1814. Il tente vainement d’être employé par Louis XVIII. Pendant les Cent-Jours, il reprend du service et prend la tête d’une brigade du 2eme corps d’armée du Nord. Il Combat à Waterloo et lors de l’affaire des Quatre-Bras.

Sous la seconde Restauration, il est de nouveau en inactivité en août 1815. En juillet 1816, il est rappelé pour commander le département du Lot. Nommé inspecteur d’infanterie, il participe à l’expédition d’Espagne en 1823. Le 3 septembre, il est fait lieutenant général, puis inspecteur général d’infanterie à son retour en France en 1825. En 1831, il reçoit le commandement de l’armée du Nord (3eme division). Il participe au siège d’Anvers en novembre et décembre 1832, sous les ordres du maréchal Gérard. Dans cette action, son fils Paul Victor, est à ses côtés.

Le général Jamin est admis au cadre de réserve en 1839. Il est député de Montmédy en mai 1833. Il sera constamment réélu jusqu’en 1846. Il est fait baron de l’Empire le 28 avril 1811, vicomte héréditaire le 11 janvier 1823 et Pair de France le 2& juillet 1846. Il est fait chevalier de l’ordre de Saint-Louis le 19 juillet 1814 et grand officier de la Légion d’Honneur le 9 janvier 1833. Il avait épousé le 2 décembre 1801, Louise Thiébault, soeur du général dont il eut deux fils, Gabriel et Paul Victor, Saint-Cyrien, qui eut une brillante carrière militaire. Le général Jamin est mort à Paris le 30 janvier 1848.

Sources : Les Gloires Militaires de la France, Charles Mulliè, Paris, 1851.