Navigation







Musiciens - Compositeurs - Chefs d’orchestre - Virtuoses

REICHA Anton (1770-1836)

7eme division (1ere ligne)
dimanche 9 juillet 2006.
 

Virtuose, compositeur et professeur de musique

Anton Reicha est né le 26 février 1770 à Prague. C’est un compositeur et un pédagogue de musique, doublé d’un flûtiste de talent. Son père décède lorsqu’il n’a pas encore dix mois. C’est son oncle Anton Reicha qui le recueille et l’adopte. Cet oncle est le Maître de chapelle de la famille Oettingen-Wallersteiner. Il le prend en 1781 dans sa maison et le forme lui-même au violon, à la flûte, au piano.

En 1785, il quitte la chapelle de cour avec son oncle. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Ludwig van Beethoven qui joue dans le même orchestre que lui, de cette rencontre, naît une profonde amitié entre les deux hommes.

Après la dissolution de l’orchestre de cour de Bonn en 1794, à l’époque de l’occupation française, Il est professeur de musique à Hambourg. Il vit de 1802 à 1808 à Vienne en Autriche en tant que compositeur de musique. Reicha remporte un succès considérable. En 1809, il enseigne au Conservatoire de Paris. En 1818, il devient le successeur de Etienne Nicolas Méhul, au poste de professeur de composition. En 1831, il reçoit la Légion d’Honneur.

Parmi ses élèves on relève des noms prestigieux : Hector Berlioz, Franz Liszt, Charles Gounod, et César Franck entre autres. On lui doit : Symphonie N°3 (1808), Symphonie pour grand orchestre opus 41 (1799-1800), Concerto pour violoncelles et orchestres (1803), Ouverture pour orchestre (1824).

Reicha compose aussi de la musique spirituelle : Missa Defunctis, pour soprano, contralto, ténor, chorale et orchestre. Il est également le compositeur de musique de chambre, prés d’une vingtaine d’ouvrages répartis entre 1796 et 1826. Anton Reicha est décédé à Paris le 28 mai 1836.

Historique de la sculpture de la sépulture REICHA

Contrairement aux rumeurs circulant concernant la reprise administrative de la concession Reicha, cette tombe ne disparaitra pas.

Bien qu’un second procès-verbal ait été délivré, le tombeau sera conservé, voire restauré. Pour ce faire, la Ville de Paris doit se rendre propriétaire du monument, l’administration étant maître d’oeuvre pour tous travaux de restauration.

Extrait de la sculpture dans les cimetières parisiens

MOLCHNETH (Dominique).

Reicha (Antoine-Joseph), compositeur, professeur de contrepoint, membre de l’Institut, né à Prague le 27 février 1770, décédé à Paris le 23 mai 1836. - Haut relief en marbre (H. 2m 75. L. 0m80) : Au centre, le buste de Reicha posé sur stèle simulée ; à gauche, un petit génie, nu, ailé, joue de la lyre ; à droite, une Muse debout, appuyée sur la stèle, tient une flûte dans chaque main ; elle retourne la tête pour fixer le buste du musicien.

Signé : Molchuthy 1836. Ce monument a été élevé à Reicha par ses amis et ses élèves, sous la direction de Thiollet, architecte.

La commission de souscription était composée de Paër, Lesueur, Baillot, Adam, Pillet- Will, Bertin, Dauprat, Bouffil, Elwart et Delaire. (7eme division, 1ere ligne.)

Restauration du monument funéraire d’Anton REICHA

Restauration de 2010, réalisée par la Mairie de Paris