Navigation







Comédiens - Acteurs - Arts de la scène et de l’écran

BRAY Yvonne de (1889-1954)

8eme division
vendredi 30 juin 2006.
 

Comédienne et actrice

Yvonne de Bray est née à Paris le 12 mai 1889. Avant de devenir une artiste inclassable du cinéma français, c’est avant tout une comédienne de théâtre. Elle commence une carrière brillante au début du XXe siècle dans la mouvance des grands monstres dits sacrés de la Belle Epoque : Sarah Bernhardt et Réjane.

Sa rencontre avec Henry Bataille (né à Nîmes le 4 avril 1872 et décédé à Rueil-Malmaison le 2 mars 1922), est déterminante pour sa carrière. Poète et dramaturge français, il connaît un certain succès avant la première guerre mondiale.

Il partagea la vie de deux de ses interprètes : Berthe Bady puis Yvonne de Bray. On doit à Henry Bataille les œuvres suivantes : La Chambre blanche, en 1895, Le Beau Voyage en 1904, La divine Tragédie en 1907 et la Quadrature de l’amour en 1920. Yvonne de Bray et Henry Bataille forment un couple mythique de l’époque.

C’est très tard qu’elle vient au cinéma. Après le décès d’Henry Bataille en 1922, terrassée par le chagrin et la douleur, elle décide d’interrompre ses activités théâtrales, et il faudra attendre patiemment l’après guerre pour la voir à nouveau et cette fois, sur l’écran.

Elle travaille avec Jean Marais, Juin Astor, Mike Horner, Roland Toutain, Jean d’Yd.... Elle tient un rôle important, sous la direction de Jean Delannoy, en 1943, dans L’Eternel Retour.

Cocteau la dirige dans l’Aigle à deux têtes en 1948, suivi en 1949, des Parents terribles. En 1951, c’est Caroline chérie de Richard Pottier et Nez de cuir d’Allégret. En 1952, c’est le célèbre, Nous sommes tous des assassins, d’André Cayatte, un plaidoyer contre la peine de mort.

Elle met un terme à sa carrière cinématographique en 1953 avec Quand tu liras cette lettre de Jean-Pierre Melville.

Yvonne de Bray est décédée à Paris le 1er janvier 1954.