Navigation







Ecrivains - Littérateurs - Romanciers - Poètes

CHEVE Emile (1829-1897)

56eme division
mercredi 28 août 2019.
 

Poète français

Émile-Frédéric-Maurice Chevé voit le jour le 28 août 1829 à Nantes

Décédé le 11 février 1897 dans le 5e arrondissement de Paris.

Poète français

Émile Chevé était le neveu de Émile-Joseph-Maurice Chevé (1804-1864), médecin et théoricien de la musique, l’un des fondateurs de l’école musicale Galin-Paris-Chevé, et de Fanny Chevé, née Fanny Simon.

Son recueil Virilités déclenche l’enthousiasme du critique littéraire Alcide Bonneau qui écrit : « Il nous fait entendre une note peu commune encore en poésie, mais qui le deviendra davantage à mesure que s’écrouleront les religions, les superstitions, les fétiches. »

Émile Chevé est né à Nantes en 1829 d’une famille basse-bretonne. Ancien élève de l’École Navale de Brest, il a servi dans la marine militaire jusqu’à sa retraite, qu’il a prise avec le grade de Capitaine de Frégate.

Entré dans la marine en 1844

Aspirant le 1er août 1846

Enseigne de vaisseau le 26 octobre 1850

Lieutenant de vaisseau le 16 mars 1859 (Port de Brest)

Chevalier de la Légion d’Honneur (3 août 1867)

Carrière littéraire :

Il a publié coup sur coup Virilités (1882), Les Océans (1885), et Chaos (1887). Les œuvres de M. Chevé appartiennent surtout au genre philosophique et descriptif, les qualités maîtresses du poète sont une énergie poussée parfois jusqu’à la violence, une sincérité passionnée, et aussi une très particulière puissance d’imagination avec laquelle il sait évoquer les souvenirs terribles et grandioses de sa vie maritime.

Trente ans de cette âpre existence, faite de lutte incessante entre l’Homme et l’Élément hostile, ont développé en lui un pessimisme sombre ; il voit dans la nature une embûche perpétuelle, où le destin haineux guette l’Être désarmé comme un fauve sa proie.

Sources : (Anthologie des poètes français du XIXème siècle, par Alphonse Lemerre, 1887)

Crédit photo : Pierre-Yves Beaudouin / Wikimedia Commons

(APPL 2019)