Navigation







1804-1830 - Empire et Restauration

jeudi 7 juillet 2005.
 
Les velléités hygiénistes issues de la philosophie des Lumières ont vaincu les habitudes les plus ancrées : le cimetière cesse d’entourer l’église, et la décision irrévocable de Napoléon donne naissance au cimetière de l’Est, dit « du Père-Lachaise ». Pourtant, jusqu’à la fin de l’Empire, il n’obtient pas le succès espéré. Les gloires des régimes passent et le cimetière devient l’écrin de leur mémoire : conventionnels reconvertis à l’ordre monarchique, nobles débris de la Grande armée, boutiquiers ou ministres d’un Paris de la Restauration conquis par le conformisme de la mort élégante... Cependant, le cimetière se fait déjà l’écho des « agitateurs » de la capitale qui refusent le régime établi...

1804

Un arrêté du 01 mai fixe l’ouverture du cimetière pour le 21 mai. Le décret du 12 juin élabore la nouvelle réglementation funéraire. L’agent de change Pierre Jacquemart est inhumé le 4 juin dans la première concession perpétuelle. A l’issue de l’année, seules quinze inhumations en concessions sont prises, le reste relevant de la fosse commune

1805

L’amiral Bruix, ministre de la Marine de Napoléon, est inhumé dans une concession temporaire. Inhumation de François de Baculard d’Arnaud .

1806

La reine Louise de Lorraine, épouse du roi Henri III, est inhumée au cimetière après avoir été retrouvée dans une fosse d’aisance de l’ancienne crypte de la chapelle du couvent des capucines de la place Vendôme où elle avait été transférée en 1688. Inhumation du botaniste Michel Adanson.

1807

Inhumation du général d’Hautpoul-Selette.

1808

Parution de Voyage pittoresque et sentimental au champs de repos sous Montmartre et à la maison de campagne du Père-Lachaise à Montlouis de Antoine Caillot. La mère d’un jeune officier d’un régiment de dragons, Antoine de Guillaume-Lagrange, achète un emplacement pour honorer la mémoire de son fils, tombé en Pologne : une stèle, peu de temps après, offre la première sculpture et le premier épitaphe du cimetière. L’endroit prend ensuite le nom de « chemin du dragon ». Inhumation du général Gobert, sur la tombe duquel David d’Angers éleva ultérieurement une statue équestre.

1809

Création d’un enclos juif séparé (actuelle 7e division). Parution de Voyage religieux et sentimental aux quatre cimetières de Paris de Antoine Caillot.

1810

Brongniart élabore son projet d’ensemble du dessin du nouveau cimetière. Le comte Greffulhe fait édifier la première chapelle d’importance du cimetière.

1811

Inhumation de Marie-Joseph Chénier.

1812

Inhumation dans l’enclos juif de David Sintzheim, premier grand rabbin de France.

1813

L’académicien Delille, après des funérailles solennelles, donne son nom au bosquet qu’il occupe et où viennent le rejoindre l’architecte Brongniart et le compositeur Gretry. Inhumations de l’agronome Antoine Parmentier, de la cantatrice Marianne Bondini.

1814

Le 30 mars, les élèves de Polytechnique et ceux de l’école vétérinaire de Maison-Alfort établissent des pièces d’artillerie dans les murs du cimetière pour résister aux Russes, qui les en délogent. Inhumations de Bernardin de St-Pierre, du poète Parny, de Joseph Guillotin, de Louis-Sébastien Mercier et du bronzier Ravrio.

1815

Inhumation de Melle Raucourt, du négociant Pierre Gareau pour lequel est édifié la première pleureuse grandeur nature, du maréchal Ney après son exécution, du général de Nansouty, de Stanislas de Boufflers et de Christophe Philippe Oberkampf. Murat, maréchal de France et roi de Naples, inhumé à Naples dans une fosse commune après son exécution, reçoit un cénotaphe au Père-Lachaise.

1816

Parution de le cimetière Mont-Louis, dit du Père-Lachaise de Roger père et fils. inhumations du docteur Jacques Tenon et du maréchal Pierre Augereau.

1817

Afin de promouvoir le cimetière, Molière, La Fontaine, Héloise et Abélard y sont inhumés. Les y rejoignent le maréchal Masséna, Urquijo, ministre de Joseph Bonaparte, le musicien Méhul, Beaumarchais (inhumé en 1799 dans un enclos de sa propriété de Bastille). Parution du Guide du visiteur sentimental aux tombeaux du cimetière de Mont Louis, dit maison du Père-Lachaise par C.P. Arnaud et du tome 1 du Recueil des tombeaux des quatre cimetières de Paris avec leurs épitaphes et leurs inscriptions de Arnaud et Laurens (le tome 2 est édité en 1825).

1818

Inhumation de la comtesse Demidoff-Strogonoff (sa chapelle est la plus imposante du cimetière), du mathématicien Gaspard Monge et du maréchal Pérignon.

1819

Inhumation de François Hue, valet de chambre de Louis XVI, du maréchal Jean Sérurier et de l’abbé Morellet.

1820

Parution du Conducteur au cimetière de l’Est ou du Père-Lachaise de François-Marie Marchant de Beaumont. Début de la construction de la chapelle du cimetière. Achèvement de la porte monumental par Godde. L’inhumation du jeune Lallemand, tué dans une manifestation étudiante, est l’occasion d’une contestation du régime. Inhumations de Lambert Tallien, de l’amiral Denis Decres, des maréchaux François Lefebvre et François Kellerman et d’Aimée de Coigny, la Jeune captive de Chénier.

1821

La restitution du Panthéon au culte catholique fait venir au Père-Lachaise les célébrités.

1822

La chapelle est terminée. Inhumation de Valentin Haüy, de l’abbé Siccard, de Louis Baron-Desfontaines, ancien propriétaire du terrain qui devint le cimetière et de l’astronome Delambre.

1823

Inhumations du maréchal Louis Davout, de l’horloger Louis Breguet, du chanteur Garat, de l’ancien maire de Paris, Pache, et de Pierre-Paul Prud’hon.

1824

Début des extensions du Père-Lachaise. Parution de la Promenade philosophique au cimetière du Père Lachaise de Guillaume Viennet. Inhumation de Jean-Jacques de Cambacérès, de Théodore Gericault et de Charles Lebrun.

1825

Inhumations de Claude de Saint-Simon, de Vivant Denon et du général Foy, manifestation de l’opposition bonapartiste. Inhumation du cœur du peintre Louis David, son corps étant inhumé au cimetière Evere de Bruxelles. Après la fermeture du cimetière de Vaugirard, ré inhumation au Père Lachaise du physicien Claude Chappe.

1826

Parution de Promenade sérieuse au cimetière du Père-Lachaise de G.G. Inhumations du maréchal Louis Suchet, de François-Joseph Talma, de Anthelme Brillat-Savarin, du docteur Pinel et de François Boissy-d’Anglas.

1827

Inhumation du député d’opposition Manuel qui donne lieu à des manifestations populaires, du chansonnier Desaugiers, du physicien Augustin Fresnel et du général de Caulaincourt. Stendhal évoque le cimetière dans Armance.

1828

Inhumations de Nicolas Frochot, du général Hugo, père de Victor, du phrénologue Franz Gall et de Raymond de Seze, défenseur de Louis XVI.

1829

Inhumations de Paul Barras, du compositeur Gossec.

1830

Parution de le Véritable conducteur aux cimetières du Père-Lachaise, Montmartre, Montparnasse et Vaugirard de N. Richard. Inhumations de Benjamin Constant, du maréchal Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, du comte de La Valette, de Gohier, et de Stéphanie de Genlis.

Philippe Landru