Navigation







Peintres et Dessinateurs

APPEL Karel Christiaan (1921-2006) (22)

22 eme division
dimanche 28 mai 2006.
 

Fondateur du groupe Cobra

Karel Appel, j’avoue à ma grande honte, que je ne connaissais pas ce peintre néerlandais très récemment disparu. C’est sur la demande de Franck, sociétaire de l’association résidant en Belgique, que je me suis penché sur la vie et l’œuvre de cet artiste.

Karel Appel est né à Amsterdam en 1921. Il reçoit ses premières leçons de peinture d’un de ses oncles en 1936. Il est élève à l’Académie des Beaux-Arts d’Amsterdam de 1940 à 1943. C’est là qu’il se lie d’amitié avec un de ses condisciples, plus jeune d’une année que lui, Corneille van Beverloo, que l’on appelle déjà Corneille. Les deux amis se retrouvent à Liège en en 1946. C’est la ville natale de Corneille. Ils exposent ensemble à Amsterdam en 1948. Ils font la rencontre d’un autre amsterdamois Constant Nieuwenhuys, surnommé Constant, né en 1920.

C’est ensemble qu’ils fondent le 16 juillet 1948, le Groupe expérimental hollandais. Tous trois ont en commun leur jeunesse, leur refus de tout académisme et leur goût commun pour Matisse, Picasso ou encore Miro. Quelque temps après, il sont à Paris en compagnie de Christian Dotremont, poéte belge et du peintre danois Asger Jorn. Ils rédigent dans un café prés de Notre-Dame, un manifeste de rupture, La Cause était entendue. Peu de temps après, Dotremont trouve le nom du groupe qui vient de naître : CO pour Copenhague, BR pour Bruxelles, ce qui donne au final COBRA. Karel Appel est ainsi l’un des fondateurs de ce mouvement essentiel de l’après-guerre. Il demeurera fidèle à la peinture toute sa vie.

Appel a deux motifs principaux : les enfants et les animaux. L’année suivante, le groupe Cobra perd de son unité et de son ardeur collective. Appel s’établit alors à Paris où il a déjà exposé en 1949 à la Galerie Colette Allendy, il noue à cette occasion des liens avec le critique Michel Tapié ; grâce à lui, il expose à Paris et à New York les années suivantes. En 1954, il reçoit un prix à la Biennale de Venise et est invité la même année aux Rencontres Internationales de Céramique d’Albisola. C’est le début de la consécration internationale.

C’est à partir de 1961, alors que tout va bien pour son art, que commandes et expositions se succèdent, qu’il expérimente d’autres supports que la classique toile : le bois, ou le polyester, voire l’aluminium en 1971, aux Etats-Unis, où il crée ses premières sculptures monumentales dans cette matière. A Lima, en 1976, il travaille sur les murs d’un bidonville avec l’aide des habitants du quartier.

Dans Ses propos en liberté, en 1985, il affirme ce désir de renouvellement constant. Mais, il est rejoint par la maladie, jusqu’à ces dernières années, des problèmes cardiaques l’obligent à travailler assis. Il reste fidèle à son art et continué à peindre dans l’esprit qui était le sien depuis 1948. Karel Appel est décédé le 3 mai 2006 à Zurich à l’âge de quatre-vingt-cinq ans. Il a été inhumé sous un érable dans la plus stricte intimité, conformément à la volonté de sa veuve, le 16 mai 2006. Une cérémonie d’hommage aura lieu le 17 juin au Concertgebouw d’Amsterdam.

Sources : Le Monde, P. Dagen (7/5/06)Voilà, AFP (17/05/2006)

Crédit photo : Annie_photo (APPL 2008)