Navigation







Hommes politiques - Représentants du Peuple - Ministres

CAILLAUX Joseph (1863-1944)

54eme division (1ere ligne, T, 10)
vendredi 26 mai 2006.
 

Président du Conseil et Sénateur

Joseph Marie Auguste Caillaux est né le 30 mars 1863 au Mans dans la Sarthe. Cet homme politique français a exercé de nombreuses responsabilités importantes, notamment a la fonction de Président du Conseil des Ministres : du 27 juin 1911 au 11 janvier 1912, date à laquelle il est remplacé par Raymond Poincaré.

Il a en outre exercé diverses autres responsabilités ministérielles : Ministre des finances (1899, idem du 25 octobre 1906 au 20 juillet 1909, il s’illustre à ce poste par la création de l’impôt sur le revenu servant de base à la réforme de la fiscalité directe mise en place de 1914 à 1917. Il est aussi ministre de l’Intérieur, encore fministre des Finances, mais est contraint à la démission après le meurtre de Gaston Calmette, directeur du Figaro, assassiné par Mme Caillaux, excédée d’une violente campagne de presse menée par le quotidien contre son mari et son honneur. Campagne orchestrée par Louis Barthou et Raymond Poincaré.

A la demande de Georges Clémenceau, il est poursuivi à partir de décembre 1917, pour de supposées intelligences avec l’ennemi et pour certaines de ses relations sulfureuses. Mais il devra attendre 1920, partageant son temps entre la prison de la Santé et une assignation à résidence, pour comparaître enfin devant la Haute-Cour. Celle-ci le condamne à trois ans de prison pour « aide involontaire » (sic) apportée à l’ennemi par ses paroles, ses relations et son opposition politique très virulente. Joseph Caillaux est amnistié le 1er janvier 1925 et reprend aussitôt sa carrière politique.

Il sera à nouveau ministre des Finances dans le gouvernement Paul Painlevé du 17 avril 1925 au 25 octobre 1925. Il est élu Sénateur en octobre 1925 et préside jusqu’en juillet 1940 la Commission des Finances du Sénat, où il se fait remarquer par son autoritarisme. Il est encore ministre des Finances dans le gouvernement Fernand Bouisson, mais une très vive opposition due à sa présence entraîne la chute du gouvernement le jour même de sa présentation le 4 juin 1935.

Joseph Caillaux s’est éteint le 21 ou 22 novembre 1944 à Mamers dans la Sarthe. Il ne partage pas la même sépulture que son épouse au Père-Lachaise, le couple s’étant séparé.