Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

FABRE DE L’AUDE Jean Pierre (1755-1832)

39eme division (O, 32)
jeudi 25 mai 2006.
 

Un artisan de la Révolution

Jean Claude (ou Jean-Pierre) Fabre dit Fabre de l’Aude est né à Carcassonne, le 8 décembre 1755.

C’est un des artisans de la Révolution française.

En 1789, i est député aux Etats-Généraux du Languedoc. Ayant fait des études de droit, il est avocat au Parlement de Toulouse.

Il est nommé commissaire du Roi en 1790 pour l’organisation du département de l’Aude, il en devient le procureur syndic, puis commissaire auprès du Tribunal criminel de Carcassonne en avril 1792.

Sous la Terreur, il est proscrit et obligé à l’exil en raison de ses opinions modérées et de ses prises de positions jugées « tièdes » par Robespierre et ses partisans.

Revenu en France sous le Directoire, il est député de l’Aude au Conseil des Cinq-Cents. Il s’y fait remarquer par son engagement, c’est un travailleur acharné, dur à la besogne, ne plaignant ni son temps, ni son ardeur.

C’est un spécialiste des questions financières et fiscales. C’est à lui que l’on doit l’impôt sur les billets de spectacle connu sous le nom de « Droit des pauvres ». Fabre de l’Aude est l’un des artisans du coup d’état du 18 brumaire, An VIII (9 novembre 1799).

Sous le Consulat, il est membre du Tribunat jusqu’à sa suppression, puis membre du Sénat. Sous l’Empire, Napoléon le fait comte de l’Empire.

En 1814, il vote la déchéance de l’Empire, la formation d’un gouvernement provisoire et se rallie à Louis XVIII. Sous les Cent-Jours, il retourne vers l’Empereur.

D’abord écarté lors de la seconde Restauration, il est néanmoins promu à la Pairie héréditaire en 1820. Fabre de l’Aude est mort à Paris le 6 juillet 1832.

Dans sa sépulture reposent également l’artiste peintre Charles Ferdinand Fabre de l’Aude (d. en 1834), et Charles Ferdinand Fabre de l’Aude, également artiste peintre, élève de Duvaux et de Lazerger (1835-1894).