Navigation







Ecrivain - Romancier - Poète

APOLLINAIRE Guillaume (1880-1918) (86)

86eme division
vendredi 19 mai 2006.
 

Sous le pont Mirabeau coule la Seine...

Wilhelm Albert Vladimir Apollinaris de Waz Kostrowitcki, plus connu sous le nom de Guillaume Apollinaire est né à Rome le 26 août 1880. C’est le principal poète français du début du XXe siècle. Il naît à Rome d’un père officier italien et d’une mère issue de noblesse polonaise, Angélique Kostrowicka. C’est une aventurière qui élève seule son enfant, l’emmène en Belgique à Stavelot, en Italie et à Monaco. Il en résulte une sorte de métissage culturel européen qui influence très jeune Guillaume. Il sera imprégné toute sa vies de ces différences et influencera toutes les tendances et les mouvements du début du XXe siécle.

Il poursuit ses études aux lycées de Cannes puis de Nice. A vingt ans, il est à Paris où il partage la vie de bohême des artistes de l’époque. Il vit d’expédients : littérature alimentaire (romans populaires, héroïque ou érotique touchant à la pornographie). Lors du vol de la Joconde, il est soupçonné et emprisonné pendant une semaine à la prison de la Santé. Cette expérience le marque et aura beaucoup d’influence sur lui.

Il devient précepteur dans une famille allemande, c’est dans ce cadre qu’il rencontre une jeune anglaise, Annie Playden, avec laquelle il va vivre une courte mais intense aventure amoureuse, qui va beaucoup l’affecter. La jeune Annie le quitte, il la suit vainement jusqu’en Angleterre, mais Anne s’en va en Amérique en 1904, le quittant définitivement. Le poète célèbrera sa relation et sa rupture dans de nombreux poèmes, dont Annie. Il est de retour en France en 1908, il noue une tendre relation avec le peintre Marie Laurencin, liaison faite de fureur, de ruptures et de réconciliations et qui durera jusqu’en 1912. En 1910, il commence l’écriture de poèmes recueillis dans Alcools. Il est l’ami de Picasso, Derain, de Vlaminck et le Douanier Rousseau.

En 1914, il s’engage dans l’armée, il chante la guerre en tant que « Beau spectacle ». C’est l’occasion pour lui de se déclarer « vrai français », de servir la patrie envahie. Il est affecté au 96e régiment d’infanterie avec le grade de sous-lieutenant, mais il est blessé à la tête par un éclat d’obus le 17 mars 1916. Il est évacué et trépané, puis se retrouve à Paris. Durement affecté par sa blessure, Guillaume Apollinaire meurt de la grippe espagnole le 9 novembre 1918. Ironie du destin, lors de ses obsèques, le convoi funèbre traverse Paris où l’on crie à chaque pas « A mort Guillaume ! » ce Guillaume là étant le Kaiser vaincu.

Guillaume Apollinaire est issu de la génération symboliste, il est admiré de son vivant par les jeunes poètes qui formeront plus tard le noyau du groupe surréaliste qui comprend dans ses rangs, Breton, Aragon, Soupault.... Il est bon de rappeler qu’Apollinaire est le créateur et l’inventeur du terme surréaliste. Il reste un des précurseurs de la révolution littéraire de la première moitié du XXe siècle.