Navigation







Metteurs en scène - Cinéastes - Arts de l’écran

CAPELLANI Albert (1874-1931) (95)

95eme division
samedi 4 février 2017.
 

Réalisateur et producteur

Albert Capellani voit le jour le 23 août 1874 à Paris 4e

Décédé le 26 septembre 1931 (à 57 ans) à Paris 17e)

Réalisateur, scénariste et producteur de cinéma français.

Longtemps tombé dans l’oubli, il est maintenant considéré comme l’un des plus grands pionniers du cinéma mondial, réalisant les premières adaptations cinématographiques des grands classiques de la littérature française en long métrage.

Son œuvre a été redécouverte à partir des années 2000, grâce notamment au Festival Cinema Ritrovato à Bologne (Italie), organisé par la Cineteca di Bologna.

Plusieurs livres lui ont été consacrés, et une rétrospective intégrale de ses films a été présentée à la Cinémathèque française du 6 au 24 mars 2013.

À cette occasion, l’historien du cinéma Philippe Azoury a fait une communication, dans laquelle il considère qu’Albert Capellani est « le chaînon manquant entre les frères Lumière et Jean Renoir. »

Fils d’un banquier, Albert Capellani est d’abord comptable, puis employé de banque. Il entre dans le monde du spectacle en 1904 en devenant administrateur d’un music-hall parisien, L’Alhambra.

Et il devient en 1905 metteur en scène chez Pathé-Frères aux côtés de Ferdinand Zecca. Il réalise un très grand nombre de films de une ou deux bobines dans tous les genres codifiés par la maison : scènes dramatiques, comédies, scènes de féerie et contes, etc.

En 1908, il est nommé directeur artistique de la Société Cinématographique des Auteurs et Gens de Lettres (SCAGL), une filiale de Pathé chargée de produire des adaptations littéraires.

Il adapte alors à l’écran des classiques comme Les Misérables en 1912 ou encore Germinal en 1913. Il est en train de tourner une adaptation de Quatre-vingt-treize en août 1914 lorsque la guerre éclate. Il part au front et est réformé en décembre 1914 pour maladie.

Au printemps 1915, il part aux États-Unis après l’arrivée d’André Antoine au sein de la SCAGL. Sa carrière se poursuit avec succès au sein de diverses sociétés de production : la World Film Corporation, la Selznick Picture Corporation, la Mutual et la Metro.

En 1919, il crée sa propre société de production : l’Albert Capellani Productions Inc. À la suite de l’incendie de son laboratoire et à de ennuis financiers, la société disparaît en 1920. Capellani travaille alors pour la Cosmopolitan Production jusqu’en 1922. Dans le courant de l’année 1922, il rentre en France et ne tournera plus jamais par suite de problèmes de santé. Il meurt le 26 septembre 1931.

Son frère, Paul Capellani (1877-1960) est un acteur de théâtre et de cinéma (à partir de 1908). Ayant travaillé avec André Antoine, Lucien Guitry et Firmin Gémier, il participe à de nombreuses productions Pathé, sous la direction de son frère et d’autres metteurs en scène. En 1915, réformé, il suit son frère aux USA et travaille sous sa direction à la World Film Corporation. Il revient en France en 1919 et reprend sa carrière sur les planches ainsi qu’au cinéma. Il abandonne le spectacle dans le courant des années 1930 et part s’installer à Cagnes-sur-Mer où il décède en 1960.

Le fils d’Albert Capellani, Roger Capellani (1905-1940) est également metteur en scène de cinéma dans les années 1930. Il décède à Zuydcoote le 30 mai 1940.

Filmographie :

Comme réalisateur

En France

1905 : Prestidigitateur pratique- 1905 : Le Chemineau- 1906 : La Voix de la conscience- 1906 : Drame passionnel- 1906 : La Loi du pardon- 1906 : Mortelle Idylle- 1906 : La Fille du sonneur- 1906 : Pauvre Mère- 1906 : L’Âge du cœur- 1906 : La Femme du lutteur- 1906 : Aladin ou la Lampe merveilleuse- 1907 : Cendrillon, ou la Pantoufle merveilleuse- 1907 : Les Deux sœurs- 1907 : Les Apprentissages de Boireau- 1907 : Amour d’esclave- 1907 : La Vie de Polichinelle- 1907 : La Fille du bûcheron- 1907 : Not’ fanfare concourt- 1907 : Le Pied de mouton- 1908 : La Belle au bois dormant- 1908 : La Vestale- 1908 : Don Juan- 1908 : Béatrix Cenci- 1908 : Samson- 1908 : Riquet à la houppe- 1908 : Le Foulard merveilleux- 1908 : Le Chat botté- 1908 : La Belle et la Bête- 1908 : Peau d’âne- 1908 : Corso tragique- 1908 : Marie Stuart- 1908 : L’Arlésienne- 1908 : L’Homme aux gants blancs- 1909 : L’Assommoir- 1909 : Le roi s’amuse- 1909 : La Mort du duc d’Enghien en 1804- 1909 : Le Luthier de Crémone- 1909 : Les Deux orphelines- 1910 : La Zingara- 1910 : Sous la terreur- 1910 : La Mariée du château maudit (La Fiancée du château maudit)- 1910 : Fra Diavolo- 1910 : La Bouteille de lait- 1910 : La Puissance du souvenir (Le Monstre)- 1910 : L’Honneur (Pour l’honneur)- 1910 : La Vengeance de la morte (Le Portrait)-

Etc.

Sources : Albert Capellani, de Vincennes à Fort Lee, 1895. Revue d’histoire du cinéma, sous la direction de Jean A. Gili et Eric Le Roy, no 68, Hiver 2012, (ISBN 9782913758636).

Albert Capellani, cinéaste du romanesque de Christine Leteux, La Tour Verte, 2013, (ISBN 978-2-917819-22-7)

Albert Capellani, précurseur méconnu de Charles Ford, Centre national de la cinématographie, Service des archives du film, 1984, ISBN 2903053170. (La biographie et la filmographie de cet ouvrage contiennent de nombreuses inexactitudes.)

Wikipédia (Albert Capellini)

(APPL 2017)