Navigation







Dessinateurs - Peintres - Décorateurs - Modèles

TREHOT Lise (1848-1922) (87)

87eme division (Columbarium - case 11862 (reprise)
mardi 17 janvier 2017.
 

Modèle d’Auguste Renoir

Lise Tréhot voit le jour le 14 mars 1848, à Ecquevilly (Seine-et-Oise)

Décédée le 12 mars 1922 (à 73 ans), Paris.

Fut un modèle et la petite amie d’Auguste Renoir entre 1866 et 1872.

Elle apparaît dans la plupart des travaux de Renoir à cette époque, soit plus de vingt peintures, notamment Lise à l’ombrelle (1867), Les Fiancés - Le Ménage Sisley et En été (1868).

Lise Tréhot est la fille de Louis Tréhot et Amélie Elisabeth Boudin. Son père était le receveur des postes d’Ecquevilly jusqu’en 1850, après quoi il déménagea avec sa famille à Paris, où il vendait de la limonade et du tabac.

Lise Tréhot était la quatrième enfant d’une famille de six enfants, avec trois frères et deux sœurs. Selon un document de l’époque, Lise Théhot aurait été couturière.

Clémence Tréhot, sa sœur aînée, était la compagne de Jules Le Cœur, qui plus tard la présenta à Renoir dans sa maison de Marlotte, vraisemblablement en juin 1865 et devint sa petite amie.

Modèle de Renoir :

Lise Tréhot commença à poser pour Auguste Renoir (1841-1919) quand elle avait dix-huit ans et lui, vingt ans. Parmi les peintures réalisées à cette époque, on trouve Lise avec un chapeau de paille (1866) et Lise cousant (1867-68).

Lise cousant... (1867-68)

Renoir peint en 1867 un nu de Lise Tréhot, le tableau Diane (1867), mais il ne fût pas exposé au Salon en 1867. L’année suivante, Renoir reçut les éloges de la critique pour Lise (ou Lise à l’ombrelle, 1867), accepté au Salon de 1868.

Écrivant sur cette peinture, le critique d’art Zacharie Astruc décrit Lise Tréhot comme « une agréable parisienne dans les bois » et comme une fille de la classe ouvrière. L’écrivain Émile Zola la compara à Camille Doncieux, modèle et épouse de Claude Monet.

Au Salon de 1869, Lise Tréhot figure dans une œuvre intitulée En été (1868), habillée avec simplicité d’un chemisier qui lui tombe des épaules. John Collins remarque que l’apparence « sombre, forte et sans expression » de Lise Tréhot fonctionnait très bien dans de tels portraits, mais moins dans un style plus formel, comme dans la peinture en costume Les Fiancés - Le Ménage Sisley (1868), où elle pose avec le peintre Alfred Sisley (1839-1899).

Au total, Lise Tréhot apparaît dans plus de vingt peintures de Renoir pendant le début de sa période de Salon, soit entre 1866 et 18726,4. Selon l’historien d’art John House, « Lise était le modèle de tous les personnages féminins de Renoir à cette époque ».

Bien que peu de choses soient connues sur la relation qu’entretenaient Lise Tréhot et Renoir, lorsqu’elle était son modèle, elle aurait donné naissance à un petit garçon nommé Pierre le 14 décembre 1868 (qui meurt vers 1930).

Lise au chapeau de paille... (1872)

Le 21 juillet 1870, Lise Tréhot donna naissance à une petite fille appelée Jeanne (1870-1934) qui a été confiée à une nourrice afin qu’elle s’en occupe comme du sien. Renoir continue cependant d’aider Jeanne financièrement, dans le plus grand secret, jusqu’à sa mort (et après sa mort avec l’aide d’Ambroise Vollard), mais il n’a jamais reconnu, de son vivant, qu’elle était sa fille.

Selon jean Claude Gélineau, dans la biographie de Jeanne Tréhot, Auguste Renoir a reconnu sa fille (son nom apparait sur l’acte de baptême) et il a donné son accord pour le mariage de sa fille, et figure sur le testament du peintre.

Il est à remarquer que « Pierre » et « Jean » seront aussi les prénoms que donnera Renoir à ses enfants nés de son mariage avec Aline Charigot en 1890 !

Sans que l’on sache pourquoi, Lise Tréhot arrêta de poser pour Renoir après 1872 ; on dit qu’elle ne l’a plus jamais revu ou ne lui a plus jamais parlé ensuite. Et même si Lise Tréhot fait partie intégrante du début de la carrière de Renoir, il ne l’a jamais mentionnée dans des entretiens, des mémoires ou des biographies.

Fin de vie :

En 1883, plus de dix ans après que Lise Tréhot a cessé de poser pour Renoir, elle épousa l’architecte Jean-Vivien-Georges Brière de l’Isle (1847-1902) et, avec lui, eut deux fils et deux filles.

Femme dans un parc... (1866)

Elle légua à ses enfants deux peintures de Renoir, Lise cousant (1867-68) et Lise au chapeau de paille (1872), qui font partie des collections du Musée d’art de Dallas.

Il semblerait que Lise Tréhot ait détruit la plupart de ses documents personnels, de l’époque où elle posait pour Renoir.

Elle meurt à Paris le 12 mars 1922, à l’âge de 73 ans.

D’après la conservation du Père-Lachaise, sa dépouille aurait été crématisée (Case 11 862) Mais la case a fait l’objet d’une reprise administrative...

Parmi ses descendants on trouve Patrice Chéreau, comédien et metteur en scène (1944-2013).

Sources : Thierry Engels (2017)

(APPL - Régis Forrestier/ Mauricette Gesret 2017)

(APPL 2017)