Navigation







Révolution - Empire - Restauration

REVELLIERE LEPEAUX Louis Marie de la (1753-1824)

39eme division (1ere ligne)
mercredi 17 mai 2006.
 

Président du Directoire exécutif

Louis Marie de La Révellière-Lépeaux est né le 24 août 1753 à Montaigu. Il voit le jour dans une famille de propriétaires terriens de l’Anjou. Il fait ses études chez les Oratoriens d’Angers, puis à l’Université de cette même ville où il acquiert une licence de droit en 1775. Il est un moment avocat au Parlement de Paris, puis il retourne en Anjou où il s’adonne surtout à la botanique.

Lors de la Révolution, il est élu au Tiers-état aux états généraux en 1789. Il devient député de l’Assemblée Constituante, administrateur du département du Maine-et-Loire. Il est membre du Club des Jacobins, mais le quitte après la fuite à Varennes de la famille royale (21 juin 1791). Il est membre de la Convention nationale en 1792. Il soutient les Girondins et passe dans la clandestinité après la chute de ces derniers, le 2 juin 1793. Il donne sa démission le 13 août 1793 et n’est pas remplacé. Il est de retour à la Convention thermidorienne le 8 mars 1795. Il contribue avec Daunou et d’autres, à la rédaction de la Constitution de l’an III.

Sous le Directoire, il est membre du conseil des Cinq-Cents,membre du Conseil des Anciens. Il est élu directeur le 1er novembre 1795. Au Directoire, La Révellière-Lepeaux s’occupe surtout des questions culturelles et religieuses. Il participe à la création de l’Institut de France, à la diffusion de la Théophilanthropie, religion rationnelle et du Culte Décadaire. Avec Paul Barras et Jean-François Rewbell le coup d’état du 18 fructidor an V (4 septembre 1797).

Sa vision de la politique extérieure comprend la destruction de la papauté, mais refuse l’unification de l’Italie. Mais ses perspectives le contraignent à démissionner le 30 prairial an VII (18 juin 1799), les Conseils le rendent responsable des défaites de la France. Il vit encore prés de vingt cinq années, mais n’exerce plus aucune activité publique ou politique. Il meurt à Paris le 27 mars 1824.