Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet

MERLIN DE THIONVILLE Antoine (1762-1833)

29eme division (1ere ligne, R, 33)
mercredi 17 mai 2006.
 

Député à la Convention

Antoine Christophe Merlin dit Merlin de Thionville pour le distinguer de Merlin de Douai, est né à Thionville le 13 septembre 1762. Il fait ses études au séminaire et le quitte, puis entreprend des études de droit. Ayant obtenu ses diplômes, il exerce la profession d’huissier, puis d’avocat au parlement de Metz. Très tôt, il est séduit par les idées nouvelles et les grands projets de la Révolution française. En 1790, il est envoyé par le département de la Moselle à l’assemblée législative où i se fait entendre et remarquer par ses propos, ses emportements et ses idées très radicales. Il est membre du Club des Jacobins, qui l’interdit un jour de parole, suite à certains de ses propos ; Il participe activement à la journée du 10 août 1792 et y joue un rôle déterminant.

Il est réélu par les départements de la Moselle et de la Somme à la Convention nationale, il choisit la Moselle. Il siège à l’extrême gauche de la Montagne avec Claude Basire et François Chabot. Il devient suppléant du Comité de la Guerre et membre du Comité de l’Agriculture. Il est l’un des plus acharnés accusateurs du Roi Louis XVI. En mission, lors du procès du monarque, il ne participe pas aux différents votes conduisant à l’exécution du Roi.

Merlin est nommé Commissaire aux armées du Rhin, des Vosges et de la Moselle. Il ne participe pas à l’appel nominal sur la demande de mise en accusation de Jean Paul Marat. La Convention nationale lui adresse une lettre de félicitations pour son courage lors de la défense de Mayence. Il accompagne ensuite l’armée en Vendée, où il se fait remarquer par son courage et son audace.

Il prend une part active à la chute de Robespierre le 9 thermidor. Il devient membre du Conseil des Cinq-cents et 1798 Directeur Général des Postes. Sous le Consulat, il se retire de la vie publique. En 1814, il se résout à prendre la tête de volontaires pour repousser l’invasion des armées alliées. Il échappe de peu à la prescription à la Restauration. Il se confondit alors en regrets devant le Roi Louis XVIII, essayant de persuader le monarque que la prise des Tuileries n’était qu’une « erreur de jeunesse ».

Il aurait terminé sa vie comme agriculteur (on sait peu de chose sur cette partie de sa vie), Merlin de Thionville est décédé à 71 ans le 14 septembre 1833 à Paris.