Navigation







Entrepreneurs - Manufacturiers - Administrateurs

MOURIER Léopold (1862-1923)

93eme division
samedi 7 janvier 2017.
 

Chef cuisinier et philanthrope

Léopold Mourier voit le jour le 30 mai 1862 à Montjoux, un petit village à 6 km au sud de Dieulefit, « le village des justes », dans la Drôme. Ses parents, Jean-Etienne et Ernestine, tiennent l’auberge du Serre du Turc, il fut donc naturellement prédestiné à la cuisine.

La vie de cuisinier,

À l’adolescence, il quitte le pays et entre en apprentissage chez les frères Campé, au buffet d’Avignon puis travaille chez son cousin M. Rivier, restaurateur à Grenoble.

À l’âge de 18 ans, exempté de service actif, il décide de monter à Paris. Il débute comme aide de cuisine au restaurant Notta où il se familiarise rapidement avec les diverses parties de la cuisine et, déjà, il était considéré comme un ouvrier d’avenir lorsque, en 1883, il passa au restaurant Maire dont le propriétaire était M. Paillard.

En 1885, il devient Chef au restaurant Napolitain qu’il abandonne au bout de peu de temps pour le restaurant Paillard de la Chaussée-d’Antin. En 1886, M. Paillard le place à la tête des cuisines du restaurant Maire dans le dixième arrondissement où il avait été aide puis chef saucier.

En 1887, à l’âge de 25 ans, il prend la direction du restaurant Maire, simple comptoir en zinc créé par un marchand de vin en 1860, qui devient un des restaurants les plus réputés de Paris.

Quelques années plus tard, il devient restaurateur propriétaire et enchaine les acquisitions d’établissements dont certains deviendront célèbres : le restaurant Foyot en 1891, le Café de Paris en haut de l’avenue de l’opéra, le pavillon d’Armenonville en 1900, le Pré Catalan en 1908 et Le Fouquet’s en 1914.

Spécialiste reconnu des banquets, Léopold Mourier devient pendant cette période le cuisinier attitré des grands repas du Palais de l’Élysée. Et en 1904, il devient le premier cuisinier à se voir décerné la croix de la Légion d’honneur par le gouvernement de la République.

La vie de philanthrope,

Le 21 février 1890, Léopold Mourier est admis comme sociétaire de la Société des Cuisiniers de Paris Dans son assemblée générale du 30 octobre 1903, elle choisit Léopold Mourier comme Président, ouvrant ainsi une nouvelle ère placée sous le signe de la philanthropie.

Il formera un duo d’exception avec Francis Carton, élu Directeur Général en 1912 et ensemble, ils réaliseront de vastes et beaux projets :

-  Un bâtiment de 6 étages sera acheté dans le quartier de l’Opéra au 45, rue Saint-Roch pour devenir le siège social de la « maison des cuisiniers ».

-  Une caisse de secours est créée en 1913 ainsi qu’un dispensaire gratuit.

-  Une maison familiale pour les orphelins de guerre et les retraités est créée en 1917 à Corneilles en Parisis où Léopold Mourier met à disposition de l’association une propriété avec 4 hectares de terrain. Elle sera inaugurée en 1919 en présence des Présidents Emile Loubet et Raymond Poincaré.

Il s’investira aussi dans la sa région natale, la Drôme : maire de Montjoux dès 1904, il subventionne de nombreuses œuvres de bienfaisance et contribue largement à l’expansion de la commune.

Il décède à l’âge de 61 ans dans sa propriété du pavillon d’Armenonville en 1923 et ses obsèques seront imposantes, à la mesure de son œuvre.

Sans enfant, il fait de la Société des Cuisiniers de France son légataire universelle.

Il repose dans la 93e division.

Sources :Léopold Mourier - Cuisiniers de France

Photo : Pierre-Yves Beaudoin (Wikimédia Commons 2017)

(APPL 2017)