Navigation







Peintres - Dessinateurs - Illustrateurs

DUBUFE Guillame Edouard Marie (1853-1909)

10eme division (1ere ligne, chemin du Père éternel)
mercredi 17 mai 2006.
 

Peintre portraitiste et décorateur

Guillaume, Edouard, Marie Dubufe dont le nom est parfois orthographié Dubuffe (1853-1909) est un peintre décorateur et sculpteur Français, né à Paris le 16 mai 1853 et décédé en mer à Buenos Aires Argentine en 1909.

Fils du peintre Édouard Louis Dubufe et de Juliette Dubufe née Zimmermann, sculpteur, il voit le jour à Paris, entouré de son grand-père paternel également peintre ; Claude Marie Paul Dubufe et de son oncle maternel, le compositeur Charles Gounod (1818-1893) qui avait épousé en 1852, Maria Zimmermann la soeur de sa mère, dont le père était un pianiste renommé.

Élève tout d’abord de son père et de sa mère qui lui enseigne la sculpture, il poursuivra sa formation avec Alexis Joseph Mazerolle (1826-1889).

En 1875 il épouse Cécile Woog et le couple aura 5 enfants, dont Juliette Dubufe-Wehrlé, qui devient peintre à son tour. Il rachète à un peintre qui l’avait fait construire en 1878, un hôtel particulier au 43 Avenue de Villiers à Paris XVIIè. Sa nièce Mme Jules Henner fera l’acquisition à sa demande de cette demeure et la transformera en musée en 1921, avant d’en faire don à l’État en 1926.

En 1885 il décore le plafond du foyer de la Comédie-Française.

La famille fait de longs séjours dans leur grande villa d’Anacapri dans l’Ile de Capri en Italie, ou Guillaume réalise des tableaux représentant sa maison et qui seront exposés en 1906 à la Galerie Georges Petit.

Il semble qu’il y travailla de 1888 à 1890 à une série de grands tableaux sur la Vierge Marie. En 1891 Il réalise la décoration des plafond de la galerie Lobau à l’Hôtel de ville de Paris et de la salle des fêtes du Palais de l’Élysée en 1894, de la Bibliothèque de la Sorbonne en 1896. Cette même année il conçoit et réalise le décor pour le Salon National des Beaux-Arts de Paris.

Ami de Auguste Rodin avec lequel il échange une correspondance, ou ce dernier lui recommande de faire quelque chose pour repêcher Cécile Desliens qui vient d’être refusée au Salon au grand désespoir de Monsieur Turquet, alors que sa sœur Marie Desliens a été acceptée.

Monsieur Dervillé, en 1900 Directeur de la Société des Chemins de Fer ; Paris-Lyon-Méditerranée, (PLM), lui passe commande ainsi qu’à plusieurs autres peintres, d’un tableau pour la décoration de la Grande Salle du restaurant de la Gare de Lyon à Paris ; " Le Train Bleu " sous le contrôle de l’architecte Marius Toudoire en charge de la surveillance de la décoration le sujet en sera la représentation de la ville de " Lyon ".

Son confrère et ami Émile Friant (1863-1932), fait son portrait en 1905 qu’il lui dédicace. Ce tableau est conservé au Musée d’Orsay (Inv n°RF1982-7).

Il réalise de 1906 à 1909 la décoration de l’ Hôtel de Ville de Saint-Mandé en compagnie d’Édouard Rosset-Granger [7]. Et expose cette année là en compagnie de sa fille Juliette Dubufe-Wehrlé au Salon de la Société nationale des beaux-arts, une aquarelle L’Amour et Psyché alors qu’elle présente trois oeuvres miniatures et pastels.

C’est son ami le sculpteur Albert Bartholomé qui est chargé par un comité s’occupant de l’érection du tombeau de l’artiste, de réaliser la sculpture, l’ornant de Juillet 1910 à Mars 1912, après sa disparition en mer au large de Buenos-Aires.