Navigation







Révolution - Empire - Restauration - Monarchie de juillet - Second Empore

PONTECOULANT Louis Gustave Doulcet comte de (1764-1853)

60eme division (1ere ligne, aG, 11)
mercredi 17 mai 2006.
 

Pair de France et sénateur

Louis Gustave Doulcet, comte de Pontécoulant est né à Caen le 17 novembre 1764. Cet homme politique français a débuté sa carrière dans l’armée en 1778 comme officier dans la Compagnie écossaise des Gardes du Corps sous la Monarchie. En 1791, il est licencié avec le grade de lieutenant-colonel. C’est un partisan modéré de la Révolution, il est le représentant du Calvados à la Convention Nationale en 1792. Il devient alors commissaire aux armées du Nord. Il prend place ensuite au Comité de Guerre.

Il prend part au vote sur l’emprisonnement de Louis XVI, approuve l’incarcération du monarque pendant la guerre et son bannissement définitif après la paix. Il votera de même, la mise en accusation de Jean-Paul Marat. Mais, il est décrété d’accusation le 3 octobre 1793 après avoir fait alliance avec les Girondins, il s’exile et se réfugie en Suisse. Il refuse de prendre la défense de Charlotte Corday, normande comme lui et girondine tout autant. Elle lui en fait le reproche dans une lettre qu’il lui écrit sur le chemin pour l’échafaud.

Après la chute de Robespierre en 1794, il revient en France et est de nouveau élu à la Convention le 8 mars 1795 où il fait montre d’un esprit de modération et de tolérance dans sa défense de Prieur de la Marne et de Robert Lindet. Il devient président de la Convention en juillet 1795, et membre pendant quelques mois du Comité de Salut Public.

Pontécoulant est élu député au Conseil des Cinq-Cents, il siège à droite. Il n’appartient pas au Club dit de Clichy. Après le coup d’état du 18 fructidor an V (4 septembre 1797), il est proscrit pour avoir été suspecté de royalisme avant l’établissement du Consulat. Après le coup d’état du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799), il rentre en France et devient préfet de la Dyle, puis sénateur en 1805 et comte de l’Empire en 1808. En 1811, il organise la Garde Nationale en Franche-Comté et la défense de la frontière nord-est en 1813.

A la chute de l’Empire, il se rallie à la Restauration. Louis XVIII le fait Pair de France et sénateur. Doulcet de Pontécoulant s’est éteint le 3 avril 1853 à Paris.

Il repose dans la 60e division en compagnie de Gustave Philippe, comte de (1795-1874), Colonel d’état-major et membre de l’Académie des Sciences.