Navigation







Entrepreneurs - Manufacturiers - Administrateurs - Négociants - Marchands d’art

SICHEL Philippe (1839 ou 1840 - 1899)

51eme division
mercredi 27 avril 2016.
 

Marchand d’objets d’art

Sépulture de Philippe Sichel (1839 ou 1840 - 1899), frère d’Auguste Sichel et marchand d’objets d’arts d’Extrême-Orient.

A Paris, au début des années 1860, apparaît une première génération de marchands d’art japonais dont on trouve la liste dans l’Annuaire du commerce Didot-Bottin sous la rubrique Curiosités, dans les catégories chinoiseries et japoneries ou encore articles de Chine, de l’Inde et du Japon.

Il s’agit de commerçants encore peu spécialisés, qui vendent indifféremment du thé, de la porcelaine, des éventails et autres bibelots exotiques...

Philippe Sichel appartient à la deuxième génération de ces négociants, mieux informés et directement en contact avec le Japon où son frère Auguste s’est installé.

En 1874, sur les conseils d’Henri Cernuschi, il se rend lui-même sur place pour un séjour de six mois dont il ne ramènera pas moins de 450 caisses contenant quelques 5000 objets et de nombreux livres illustrés, un joli fonds de commerce pour son magasin du 11 rue Pigalle !

Philippe Burty et Edmond de Goncourt compteront parmi ses clients réguliers, ce dernier allant jusqu’à écrire la préface du petit livre de souvenirs, Notes d’un bibeloteur au Japon, que Sichel fait paraître en 1883.

Dans le même esprit, un texte intitulé Le bibelotage au Japon, publié par Le Magasin pittoresque (1895, p.18, 34, 54), redonne vie à l’univers des magasins de curiosités de Tôkyô ou de Yokohama (illustration du Japon illustré d’Aimé Humbert, 1870, et photographie de F. Beato, 1877-78).

Sources : BNF - Gallica (Philippe Sichel)

Photo : P-Y Beaudoin (Wikimédia Commons)

(APPL 2016)