Navigation







Médecins - Chirurgiens - Hommes de l’Art

SANSON Louis Joseph (1790-1841)

38eme division (1ere ligne, O, 34)
vendredi 22 avril 2016.
 

Médecin et chirurgien français

Louis Joseph Sanson, voit le jour le 24 janvier 1790 à Paris

Décédé le 1er août 1841 à Paris

Chirurgien et ophtalmologue français,

agrégé de la Faculté de médecine de Paris,

membre de l’Académie de médecine,

élève et successeur de Guillaume Dupuytren à l’Hôtel-Dieu de Paris.

Très jeune, il entreprend des études médicales sous la direction d’Anthelme Richerand puis de Guillaume Dupuytren. Il passe avec succès, à l’âge de quinze ans, le concours pour l’externat en 1805. Il remplace Mirandel dans les fonctions de prosecteur. En 1807, il est reçu chirurgien interne à l’Hôtel-Dieu.

Lors des dernières guerres napoléoniennes, il est d’abord simple soldat avant d’obtenir son brevet de chirurgien militaire par l’intervention de Percy ; il exerce d’abord à Paris avant être attaché en cette qualité à la Grande Armée et à ses déplacements.

Après les désastres nationaux, il continue de remplir son devoir dans l’armée de la Loire. Rentré à Paris en 1815, il reprend son service à l’Hôtel-Dieu. Il dispense alors des cours d’anatomie et de médecine opératoire et consacre ses instants de liberté à l’étude des langues anciennes et vivantes, pour compléter son instruction.

Il soutient en 1817 sa thèse pour le doctorat (intitulée Des moyens de parvenir à la vessie par le rectum : avantages et inconvénients de cette méthode pour tirer les pierres de la vessie.) et obtient successivement, par voie de concours, le grade de chirurgien du Bureau central en 1823, celui de chirurgien en second de l’Hôtel-Dieu, puis enfin celui d’agrégé en chirurgie à la Faculté de médecine de Paris en 1830.

En 1833, il est élu membre titulaire à l’Académie de médecine. En 1836, après trois concours, il est nommé professeur de clinique chirurgicale en remplacement de Dupuytren.

Il acquiert une certaine célébrité avant d’être nommé chirurgien consultant du roi Louis-Philippe Ier en 1832.

Il meurt des suites d’une affection vésicale en 1841, âgé de cinquante et un ans.

Il a laissé une grande quantité d’ouvrages de médecine traduits dans plusieurs langues (allemand, italien, espagnol), parmi lesquels plusieurs brochures et articles de revue, un grand nombre d’articles dans le Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratique. Son ouvrage le plus important, cosigné avec Adolphe Lenoir et Louis Charles Roche, est intitulé : Nouveaux éléments de pathologie chirurgicale. Il participe à plusieurs rééditions du grand ouvrage de Raphaël Bienvenu Sabatier avec Louis Jacques Bégin et son maître Guillaume Dupuytren.

Son frère Alphonse Sanson (1795-1873) est également médecin, agrégé de la Faculté de médecine de Paris.

Œuvres et publications

Des Moyens de parvenir à la vessie par le rectum, avantages et inconvéniens attachés à cette méthode pour tirer les pierres de la vessie, avec des observations à l’appui, Mequignon-Marvis (Paris), 1817, in-4°, 50 p., planche, disponible sur Gallica.

De la carie et de la nécrose comparées entre elles, [Impr. Tilliard] Paris , 1833, 1 vol. (65 p.) ; in-4.

De la Réunion immédiate des plaies, de ses avantages et de ses inconvénients, J.-B. Baillière (Paris), 1834, in-8° , 115 p., disponible sur Gallica. Des Hémorrhagies traumatiques, J.-B. Baillière (Paris), 1836, in-8°, 352 p., planche en coul., disponible sur Gallica.

Traité des hernies, suivi de l’histoire et de la bibliographie de ces maladies, Soc. encyclop. des sciences médicales [Paris], 1837, 12 p., Texte intégral.

En collaboration :

avec Guillaume Dupuytren et Louis Jacques Bégin : De la médecine opératoire, [nouv. éd. faite sous les yeux de M. le Baron Dupuytren, par L.-J. Sanson, et L.-J. Bégin], Béchet jeune (Paris), 1822-1824, 4 vol. ; in-8,

avec Louis-Charles Roche : Nouveaux éléments de pathologie médico-chirurgicale, ou Traité théorique et pratique de médecine et de chirurgie, Librairie médicale et scientifique (Bruxelles), 1828,

Nombreux articles dans le Dictionnaire des termes de médecine, chirurgie, art vétérinaire, pharmacie, histoire naturelle, botanique, physique, chimie, etc., chez Crevot, Béchet, Baillière (Paris), 1823, XI-[1]-587-[1] p. ; 21 cm.

Sources : « Sanson (Louis Joseph) », in : Biographie des hommes du jour, Germain Sarrut, Edme Théodore Bourg (Dit Saint-Edme), H. Krabe (Paris), 1835, vol.1, p. 114-20, Texte intégral.

« Sanson (Louis Joseph) », in : La France littéraire par Joseph-Marie Quérard, Firmin Didot père et fils (Paris), 1836, p. 441-2, Texte intégral.

M. le Professeur Gerdy : « Discours de rentrée de la Faculté de médecine pour l’année 1841-1842 », in : L’Experience : Journal de Medecine et de Chirurgie,Imprimerie de Cosson (Paris), 1841, Volume 5, Numéro 228, p. 225-32, Texte intégral.

Louis Jacques Bégin : « Discours prononcé sur la tombe du Professeur Sanson », in : Annales de la chirurgie française et étrangère, t.2, 1841, p. 448-54, Texte intégral.

« Sanson (les deux frères) », in : Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales , publ. sous la] dir. de M. Amédée Dechambre, série 3, tome 6, SAA - SAR, p. 689-91, Texte intégral.

« Sanson », in : Histoire de la chirurgie française au XIXe siècle, par Jules Eugène Rochard, J.B. Bailliere (Paris), 1875, p. 176-77, Texte intégral. « Louis Joseph Sanson », in : Grand dictionnaire universel du xixe siècle par Pierre Larousse.

Wikipédia/Wikimédia Commons

(APPL 2016)