Navigation







Homme politique - Socialiste révolutionnaire - Conseiller

RETIES Alexandre (1852-1894)

76eme division (1852-1894)
samedi 16 avril 2016.
 

Ouvrier et conseiller

Alexandre Reties (1852-1894),

Ouvrier boutonnier

Socialiste révolutionnaire

Conseiller municipal de Paris.

Stèle ornée à l’origine d’une photographie.

Inscriptions :

Alexandre RETIES ouvrier boutonnier, conseiller municipal du quartier ST-Fargeau 1887

Marie RETIES 1882-1924

Concession perpétuelle gratuite par délibération du Conseil municipal de Paris en date du 16 novembre 1894.

(.....) A. Reties né à Paris le 18 octobre 1852. Boutonnier. Socialiste révolutionnaire.

Tout jeune au moment de la guerre de 1870. il fit bravement son devoir comme garde national dans le 15" bataillon et, plus tard, il prit le fusil pour la défense de la Commune.

Se faisant particulièrement remarquer dans la vigoureuse campagne qu’il mena a Belleville contre Gambetta et présida la fameuse réunion de la salle Saint-Blaise où le chef de l’opportunisme fut si malmené. M. Reties était de ceux qu’on menaçait d’aller "chercher jusque dans leurs repaires" M. Reties est malade et va peu au Conseil où.il a toujours voté avec les plus avancés. Il procède par interruptions, de sa place généralement.

Envoyé en délégation, à Londres, la traversée l’avait fortement éprouvé. Il fut même si incommodé que lorsque ses collègues lui parlèrent de rentrer en France, il s’écria :

-  .Oui, tout ce que vous voudrez, pourvu que nous ne revenions pas par le même chemin...

Il est le troisième représentant du quartier Saint-Fargeau.

Chargé, au Conseil, du rapport relatif à la dénomination des rues, M. Reties aurait fini par proposer de retrancher la moitié des noms de son quartier et de faire disparaître le mot : saint. Sa maladie l’a peut-être empêché de mutiler son domaine municipal.(.....)

ERNEST GAY.

Sources : Ernest Gay (1894-08-15). "Nos édiles". La Presse : 1.

Bertrand Tillier (2004) La Commune de Paris, révolution sans images ?, p. 452 ISBN : 9782876733909.

Jules Moiroux, Le Père-Lachaise.P.295

(APPL 2016)