Navigation







Restauration - Monarchie de juillet - Second Empire - IIIe République

WIMPFFEN Emmanuel Félix baron de (1811-1884)

47eme division (1ere ligne, O, 8)
vendredi 5 mai 2006.
 

La conquête de l’Algérie

et la

capitulation de Sedan

Emmanuel Félix de Wimpffen est né en 1811. Il est issu de l’école militaire de Saint-Cyr. Il a donné la mesure de ses compétences pendant la campagne pour la conquête de l’Algérie en 1840. Cette année même, il est promu capitaine, puis en 1847, chef de bataillon. Mais c’est pendant la guerre de Crimée qu’il gagne ses galons de colonel d’un régiment Turco-persan. Sa conduite lors de l’assaut du mamelon lui vaut le grade de général de brigade.

Lors de la campagne d’Italie en 1859, au cours de la bataille de Magenta il est sous les ordres du général Mac-Mahon, et commande une brigade d’infanterie de la Garde. Il est cité à l’ordre de l’armée, et obtient une promotion sur le champ de bataille. Entre la campagne d’Italie et la guerre franco-prussienne de 1870, Wimpffen est surtout employé en Algérie.

Pendant la campagne de France en 1870-71, Wimpffen est nommé à l’armée du Rhin. Les actions entreprises par l’armée française révèlent très vite l’incapacité du commandement, Wimpffen est alors chargé du commandement et doit reprendre en main les unités placées sous ses ordres. Il lui est donné une commission dormante, le nommant commandant en chef de l’armée de Chalons, en cas d’incapacité prouvée du Maréchal de Mac-Mahon. Wimpffen arrive juste à temps pour sauver et rassembler les fugitifs du 5e corps, battus devant Beaumont, et les forcer à marcher sur Sedan.

La bataille de Sedan s’avère désastreuse, le 1er septembre, le maréchal de Mac Mahon est blessé, l’officier commandant en second, le général Ducrost, assure le commandement. Ducrost, trop prudent, commence à retirer ses troupes, mais Wimpffen arrive et fait valoir sa commission et annule les ordres donnés. Par conséquent, il lui appartient désormais de négocier la réddition de l’armée française dans sa totalité.

L’empereur Napoléon III est fait prisonnier, ainsi que le général Wimpffen. Ce dernier, une fois libéré doit faire face à des polémiques et des attaques sur son commandement et la reddition de Sedan et sur la responsabilité de la défaite retombant sur lui. Cette polémique le conduira à provoquer en duel bon nombre de ses détracteurs. Il se défend, et publie, entre autres travaux : Sedan (1871), la France et la nécessité des réformes (1873) et l’Armée de la Nation (1875).

Emmanuel Félix de Wimpffen est décédé en 1884.

(APPL2017)