Navigation







Compositeurs - Musiciens - Virtuoses - Facteurs d’orgues

KERRION Achille (1868-1939)

53eme division (1ere ligne)
mercredi 30 mars 2016.
 

Violoncelliste français

Achille Kerrion voit le jour en 1868

Décédé en 1939

Violoncelliste

Soliste des Concerts Lamoureux

(Revue de presse - Le Ménestrel)

M. Achille Kerrion, soliste des Concerts Lamoureux, reprend, 6, rue Chaptal, ses cours et leçons de violoncelle et d’accompagnement.

-  - -

Revue de presse

Stéphanie Kerrion (Chanteuse lyrique)

Débute en 1894 à l’Opéra-Comique

Mlle Kerrion, la jeune pensionnaire de l’Opéra-Comique, dont on attend toujours les débuts, vient de chanter aux Concerts populaires de Lille avec un très grand succès :

« Mlle Kerrion, dit le Grand Écho du Nord, possède une très belle voix de mezzo-soprano, de contralto même, et sait habilement s’en servir. De plus, à une diction très nette elle joint un jeu de physionomie très énergique, très tragique, et nous augurons pour elle un très bel avenir à la scène.

Pour répondre aux bravos d’un public enthousiaste, elle a chanté, après l’air du Prophète, celui de la Mandragore dans • Jean de Nivelle, et elle a bissé celui d’Hérodiade ».

-  « Mlle Kerrion, dit la Vraie France, est douée d’une magnifique voix de contralto, admirablement timbrée et homogène, qu’elle conduit avec une excellente méthode. La cavatine du Prophète, qu’elle a dite avec beaucoup d’expression, lui a valu plusieurs rappels auxquels elle a répondu en chantant la Ballade, de la Mandragore de Jean de Nivelle. Quand j’aurai dit qu’elle a dû bisser le grand air d’Hérodiade, j’aurai suffisamment indiqué le *vif succès qu’elle a obtenu ».

-  « Melle Kerrion, dit le Progrès du Nord, a superbement chanté la cavatine de Fidès : elle possède un registre très étendu, avec une richesse de timbre très belle dans le grave dont les notes sortent avec facilité et très distinctement, la voix y restant souple et autant à son aise que dans l’aigu ; aussi nous dirions presque, comme de certains violonistes, qu’elle possède « une belle quatrième corde ». Son succès n’a pas été moins vif dans le grand air d’Hérodiade, où elle s’est encore montrée avec un tempérament d’artiste qui a plu à la majorité du public ; celui-ci lui a fait une véritable ovation ».

-  - -

Tombe dans la 53eme division

Inscriptions : FAMILLES MASSIEU-ROCHET

Mathilde MASSIEU décédée le 23 juillet 1870 à l’âge de 24 ans.

Madame ROCHET née Esther MASSIEU décédée le 9 janvier 1886 dans sa 48ème année.

Zenon ROCHET décédé le 21 décembre 1899 dans sa 79ème année.

Madame Vve MASSIEU, née Joséphine COURTIN décédée le 28 avril 1907, à l’âge de 91 ans.

Achille KERRION 1868-1939

Mathilde KERRION née ROCHET 1874-1975

Sources : Les cantatrices de l’Opéra-Comique.

Les Concerts Lamoureux

Wikimédia Commons

(APPL 2016)