Navigation







Hommes d’affaires - Banquier

LAFFITTE Jacques (1767-1844)

30eme division (1ere ligne)
dimanche 30 avril 2006.
 

Banquier et homme politique

Jacques Laffitte est né à Bayonne dans les Basses Pyrénées (Actuelles Pyrénées Atlantiques) le 24 octobre 1767.

Sa famille est d’origine modeste et nombreuse, dix enfants naîtront. Pierre Laffitte, son père, est maître charpentier. Le jeune Jacques fait de courtes études, puis devient tout d’abord apprenti charpentier auprès de son père, puis clerc de notaire à Bayonne, enfin commis chez un négociant de Bayonne.

Laffitte, en 1788, à l’âge de vingt et un ans, entre chez le banquier Jean Frédéric Pérégaux. Il acquiert rapidement la confiance de ce dernier.

Jacques Laffitte possède de réelles qualités et montre de grandes aptitudes pour le métier de la banque, grâce à ses dons, il connaît une promotion rapide. La Banque Pérégaux est à cette époque, en raison de ses liens et relations avec l’étranger, la banque du Comité de Salut Public. Pérégaux sera par la suite, l’un des conseillers financiers de l’Empereur Napoléon. Pérégaux lui permet de progresse, il lui confie de grandes responsabilités de plus en plus importantes. Laffitte est intéressé aux bénéfices, Pérégaux en fait son associé en 1806, ils fondent tous deux la Société Pérégaux et Cie.

Mais, Pérégaux tombe malade, ce qui l’oblige à dissoudre la société, une nouvelle est donc crée en 1807 : Pérégaux, Laffitte et Cie. Laffitte en détient 50% du capital social, il devient le Directeur-Gérant. Le reste du capital étant partagé entre les enfants de Pérégaux. Cette nouvelle Banque devient très rapidement la première Banque de Paris, et l’une des plus importantes en et puissantes banque en Europe.

Jacques Laffitte devient Régent de la Banque de France le 19 janvier 1809, en lieu et place de Pérégaux décédé. Il est juge au Tribunal de Commerce de la Seine à la même époque, il devient président de la Chambre de Commerce en 1810. Il est nommé Gouverneur de la Banque de France le 6 avril 1814, il occupe cette fonction sans arrêt jusqu’en 1820.

C’est maintenant un homme riche, à la tête d’une grande fortune, ce qui lui permet de racheter le château de Maisons à la duchesse de Montebello, veuve du maréchal Lannes en 1818. Il possède déjà le château de Meudon, le château de Breteuil sur Iton (27) et un hôtel particulier à Paris. Il épouse en 1801, Marie Françoise Laeut, fille d’un négociant dont il aura une fille unique, Albine, qui épouse en 1828, le prince de la Moskowa, fils du maréchal Ney.

Jacques Laffitte est également un homme politique, il est élu député de la Seine en 1816 et siège dans l‘opposition libérale. Il est l’un des fomenteurs de l’insurrection de juillet 1830, qui conduit aux Trois Glorieuses et à la chute de Charles X. Il finance le journal Le National. Il est nommé Président du Conseil avec le portefeuille de Ministre des Finances le 2 novembre 1830, il restera à ce poste jusqu’au 13 Mars 1831. Sa tâche n’est pas simple, il doit faire face à une émeute suite au procès (du 15 au 21 décembre 1830) des ministres de Charles X, condamnés à la détention perpétuelle. Suite à des désaccords avec le Roi Louis-Philippe, il démissionne et est remplacé par Casimir Perier. Mais, il est réélu député quelques années plus tard et siège alors dans l’opposition au Roi louis-Philippe. Il demandera plus tard pardon à Dieu d’avoir concouru à la Révolution de juillet. Il crée néanmoins une nouvelle banque d’affaires en 1836.

En 1833, Laffitte connaît des difficultés financières, il vend une partie de son domaine de Maisons sous forme de lotissements vendus à des familles aisées de Paris. Par lui, Maisons devient une ville composée de maisons de campagne. Grâce à une campagne publicitaire bien orchestrée, les acquéreurs se ruent à Maisons. C’est à cette époque que l’appellation Maisons-Laffitte commence à être utilisée. C’est officiel en 1882 seulement. C’est à Maisons que sont organisées les premières courses de chevaux à partir de 1833, sur l’idée de son gendre et de son neveu. Laffitte est chevalier de la Légion d’Honneur. C’est à lui que l’Empereur Napoléon 1er confie l’exécution de son testament. Jacques Laffitte est décédé à Paris le 26 mai 1844, âgé de soixante dix sept ans.

Crédit photo : Annie_photo (APPL 5-2005)

Gravure : Coll. Michel Arnold (APPL 2008)