Navigation







Peintres - Graveurs - Décorateurs - Dessinateurs

CAILLEBOTTE Gustave (1848-1894)

70eme division (1ere ligne, U, 9)
vendredi 28 avril 2006.
 

Peintre, mécène et collectionneur

Gustave Caillebotte est né en 1848. Ce peintre, Mécène et collectionneur n’a retrouvé les faveurs du public que depuis peu.

Il est né dans une famille très aisée ayant bâtie sa fortune dans le monde des textiles, puis ensuite, dans les biens immobiliers à l’occasion du développement de Paris sous le Second Empire et le Baron Haussman.

Caillebotte est ingénieur de profession, mais aussi ancien élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où il est l’élève de Léon Bonnat, il fait la connaissance d’Edgar Degas, Claude Monet et Pierre Auguste Renoir dès 1874.

Il les aida à organiser la première exposition des Impressionnistes à Paris la même année. En 1873, il hérite de la grande fortune de son père, grâce à cela, il aura son indépendance financière pour le restant de ses jours.

Il souhaite faire ses débuts officiels comme peintre en 1875. Pour cela, il soumet une œuvre au Salon officiel qui est refusée. Ce refus l’incite à exposer, soutenu en cela par Renoir, dans un cadre plus favorable, celui de la deuxième exposition du groupe impressionniste en 1876. Son tableau Les Raboteurs de parquet et autres, sont remarquées et appréciées. Désormais, il participe aux expositions des Impressionnistes.

Tout au long de sa vie, sa fortune aidant, Caillebotte aide financièrement ses amis Impressionnistes en leur achetant leurs œuvres à des prix élevés et en supportant les frais de leurs expositions. Il est le co-organisateur et co-financier des 3e, 4e, 5e et 7e expositions impressionnistes auxquelles il participera.

Il achète une maison avec un jardin au Petit-Gennevilliers en 1881. Il réalise nombre de ses œuvres à cet endroit. Il entretient une correspondance suivie avec Claude Monet, horticulteur émérite, il crée des orchidées dans les serres de Giverny. C’est aussi un régatier qui se passionne pour la vitesse. Architecte naval, il dessine et construit lui-même ses bateaux. Caillebotte crée de véritables bolides des fleuves. Il remporte avec ses innovations navales de nombreux titres internationaux.

On doit à Caillebotte une œuvre riche et dense, environ cinq cent toiles dans un style la plupart du temps plus réaliste que ses amis impressionnistes, principalement dans des vues des rues de Paris, des scènes de la vie ouvrière, des paysages et des scènes nautiques. Caillebotte fait don par testament rédigé en 1876, de sa collection. Gustave Caillebotte est victime d’une attaque d’apoplexie en 1894 et décède peu après.

Crédit photo : Hugo_photo (APPL 2005)