Navigation







Médecins - Chirurgiens - Chercheurs - hommes de l’Art

HAHNEMANN Samuel (1755-1843)

19eme division (1ere ligne, S, 22)
vendredi 28 avril 2006.
 

Le créateur de l’homéopathie

Christian Friedrich Samuel Hahnemann est né le 10 avril 1755 à Meissen en Saxe (Allemagne). Il vit à Meissen jusqu’à l’âge de vingt ans où il apprend les langues et la culture classique. D’un esprit très ouvert et d’une intelligence hors du commun, c’est un travailleur acharné. Il se rend ensuite à Leipzig, vile universitaire allemande. Il obtient son diplôme de docteur en médecine à l’université de d’Erlangen. Il s’installe à Vienne deux années plus tard où il est médecin de Bruckental, le gouverneur de la Transylvanie. Hahnemann est un érudit parlant sept langues, lisant le latin et le grec. Il est l’auteur de plusieurs traductions.

Hahnemann est considéré comme étant à l’origine de la pratique de la mise en quarantaine dans le royaume de Saxe lors de son emploi auprès du duc de Anhalt (Saxe-Ahnalt). Hahnemann est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Exposition de la doctrine médicale homéopathique ou Organon de l’art de guérir. (1845), cet ouvrage fut publié en plusieurs langues dont le français.

Hahnemann est considéré comme le père de l’homéopathie dont il pose les bases en 1796, dans le journal de Hufeland par son Essai sur un nouveau principe pour découvrir les vertus curatives des substances médicinales, qui est suivi en 1810 de la première édition de son Traité de médecine.

Les bases se répartissant comme telles : Le principe de similitude, l’adaptation du traitement au patient, est le premier corollaire, la Dynamisation est le second corollaire. L’efficacité thérapeutique est débattue, pour ses partisans, son efficacité est très largement démontrée par son utilisation très répandue. Pour ses opposants, aucune étude clinique n’a réussit à établir un effet thérapeutique de l’homéopathie significativement supérieur à un placebo. Les procédés utilisés sont eux aussi sujet à controverse.

Samuel Hahnemann est décédé à Paris en 1843. Sa sépulture fut érigée par souscription nationale et est surmontée d’un buste du à David d’Angers.

Crédit photo : R. D.forrestier/ Hugo_photo (APPL 2005/06)