Navigation







Ecrivain - Romancier - Poète

ASTURIAS Miguel Angel (1899-1974) (10)

10eme division
dimanche 23 avril 2006.
 

Monsieur le Président

Miguel Angel Asturias est né le 19 octobre 1899 à Cuidad au Guatémala. Il passe son enfance et son adolescence dans son pays d’origine. Il fait ses études au lycée d’état et les poursuit à l’Université de droit de San Carlos. Sa thèse sur Le problème social de l’indien est éditée en 1923.

Ayant terminé ses études de droit, il fonde avec quelques étudiants l’Université populaire du Guatemala, dont le but affiché est d’offrir des cours à ceux qui n’ont pas les moyens financiers de suivre l’enseignement de l’Université Nationale. Il part pour l’Europe en 1923, souhaitant étudier l’économie politique en Angleterre. Il passe quelques mois à Londres et s’en va à Paris où il séjourne pendant prés de dix années. Il assiste à la Sorbonne aux conférences sur les religions des Mayas par le professeur Georges Raynaud, dont il est devenu le disciple. Il est à la même époque, correspondant pour plusieurs journaux latino-américains importants Dans le même temps, il voyage dans tous les pays d’Europe occidentale ainsi que dans le Moyen-Orient, en Grèce et en Egypte.

Il revient au Guatemala pendant une courte période en 1928, où il parle à l’Université populaire. Ces interventions ont été rassemblées en un volume : la Nueva d’architectura de la vida (Architecture de la nouvelle vie). Il s’en retourne à Paris où il termine son Leygendas de Guatemala (Légendes du Guatemala), en 1930. D’abord édité à Madrid, cet ouvrage a été traduit en français par Francis de Miomandre, qui en transmet la traduction à Paul Valéry, le poète est considérablement impressionné par la lecture de ce livre. Sa lettre à Mormandre sert de préface à l’édition de 1931 parue dans Les Cahiers du sud. La même année, Leyandas De Guatemala reçoit le prix du meilleur livre hispano-américain édité en France.

Pendant son séjour à Paris entre 1923 et 1933, il écrit son El Senor président ( Monsieur le Président) roman qui décrit le mal social et la corruption endémique auxquels un dictateur insensible condamne le peuple. Pour des motifs évidents, ce livre ne voit pas le jour en Amérique latine. Il revient au Guatemala en 1933, qui est sous la coupe du dictateur Jorge Ubico. La version originale de son ouvrage reste non publiée pendant treize ans. En 1944, la chute du dictateur Ubico, porte le professeur José Arévalo à la présidence, il nomme immédiatement M.A. Asturias attaché culturel à l’ambassade guatémaltèque à Mexico. C’est là que la première édition de El sénor Présidente est apparue en 1946.

Il est député en 1942, et est à partir de 1946, diplomate au Mexique, en Argentine, au Salvador et ambassadeur en France de 1966 à 1970, aprés un exil en Argentine de 1954 à 1961.

En tant qu’attaché culturel de l’ambassade guatémaltèque, en 1947, Asturias est en Argentine. Il obtient deux années après, un portefeuille de ministre. Entre temps, il édite à Buenos Aires, Sien de Alondra (le Temple de l’Alouette), une anthologie des ses poésies écrits entre 1918 et 1948. Il revient au Guatemala en 1948 où il séjourne quelques mois. Il écrit à cette époque, Fuentes de Viento (Vent fort), 1950, un acte d’accusation de l’effet de l’impérialisme nord-américain sur les réalités économiques de son pays. La même année, la seconde édition de El sénor Présidente est éditée en Argentine.

Il reste en argentine, pays d’origine de son épouse, jusqu’en 1962. L’année suivante, l’éditeur argentin Losada publie des extraits de son roman Mulata Del Tal. Cet ouvrage rapporte une histoire surréaliste, métissée de légende indienne, écrit de paysan, mêlant avarice et convoitise, confortant la croyance des humbles dans le matérialisme et la puissance de l’argent. C’est un appel d’Asturias vers le salut et l’amour universel.

Angel Miguel Asturias reçoit le Prix Lénine de la Paix en 1966 et le le Prix Nobel de littérature en 1967 Il est nommé la même année ambassadeur du Guatemala à Paris par le président Julio Mendez Monténégro. Angel Miguel Asturias est décédé à Madrid, en Espagne, le 9 juin 1974. Il repose sous un totem maya au cimetière du Père Lachaise.

Crédit photos : Hugo_photo (APPL 2005)