Navigation







Ecrivains - Poétes - Littérateurs - Hommes de lettres

SOUVESTRE Emile (1806-1854)

47eme division (1ere ligne, Q, 9)
vendredi 21 avril 2006.
 

Le chantre de la Bretagne

Emile Souvestre est né le 15 avril 1806 à Morlaix dans le Finistère nord. Ecrivain breton s’il en est, Emile Souvestre est un écrivain bien oublié de nos jours. Il occupe de nombreuses fonctions, notamment dans le journalisme ou l’enseignement. On lui doit une méthode personnelle d’éducation. Mais, c’est l’écriture qui est le grand moteur de sa vie.

De son œuvre, on retient principalement ses ouvrages sur la Bretagne et les bretons, ils sont périodiquement réimprimés aujourd’hui. Parmi eux : Les Derniers Bretons(1835-1837), Le Foyer breton(1844), L’échelle de femmes, En Bretagne. On lui doit aussi de nombreux romans : La Goutte d’eau, Le Monde tel qu’il sera. Il écrit aussi des nouvelles qui sont publiées en recueil, Les Clairières, ainsi que des essais dont la publication n’est plus assurée. On lui doit aussi une œuvre théâtrale relativement importante : Charlotte et Werther, Les Deux Camusots, Un Homme grave, Le mousse, le siège de Missolonghi.

Son œuvre morale comporte deux titres : La Goutte d’eau et le Monde tel qu’il sera, paru en 1846, considéré comme l’une des premières œuvres de science-fiction en français. Parmi les œuvres regroupées on retrouve : Les Clairières, Chroniques de la mer, Au coin du feu, Confessions d’un ouvrier, Dans la Prairie, Un Philosophe sous les toits(1851), Prix de l’Académie française en 1854, Sous la tonnelle.

Emile Souvestre travaille avec plusieurs éditeurs, mais, c’est avec les éditions Michel Lévy Frères, éditeurs à Paris, qu’est recueilli l’essentiel de son œuvre et de ses titres dans une série : Œuvres complètes d’Emile Souvestre, dans la collection Michel Lévy du milieu jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Emile Souvestre est candidat aux élections législatives de 1848, mais il n’est pas élu. C’est un moraliste qui a largement contribué à l’émergence de la poésie populaire bretonne. On entend rarement évoquer son attitude envers les poètes ouvriers, et son rôle important dans l’histoire du roman populaire ou d’anticipation n’éveille plus aucune attention On ignore de même le dramaturge, ou le journaliste républicain, passé par le saint-simonisme, l’homme de l’utopie sociale et de l’émancipation des femmes, le pédagogue de la vulgarisation des savoirs.

Emile Souvestre est décédé le 5 juillet 1854 à Paris, il repose à deux pas d’Honoré de Balzac et face à Gérard de Nerval.

Sa tombe est ornée d’un buste en marbre, oeuvre du sculpteur Grass.