Navigation







Personnalités étrangères - Equateur

FLORES JIJON Antonio (1833-1915)

68eme division
mardi 8 mars 2016.
 

Président de l’Equateur

Juan Antonio Maria Flores et Jijón de Vivanco voit le jour à Quito, le 23 Octobre de 1833

Décédé à Genève, (Suisse), le 30 Août 1915

Président de l’ Équateur du 17 Août de 1888 au 30 Juin de 1892 .

Il était un membre du Parti progressiste, un parti libéral catholique.

Juan Antonio Maria Flores et Jijón est né le 23 Octobre, 1833 à Quito, dans le Palais du Gouvernement, tandis que son père a présidé la nation. Fils de Général. Juan Jose Flores et Mercedes Jijón et Vivanco, " intelligent, pieux, cultivé et distingué, qui a vraiment aidé son mari dans sa société de prudence et non rarement servi en tant que conseiller".

Il a reçu les premières lettres dans le palais, puis Latacunga a fréquenté l’école de Simon Rodriguez, Ayo Liberator. A 11 ans il s’est rendu à Paris et inscrits au lycée Henri IV, où il a appris le français ; mais, l’année suivante, la situation économique de sa famille avec la révolution du 6 Mars, 1845, change et il a dû retourner.

En 1847, il a vécu à Santiago du Chili et envoyé à la poétesse Carolina Lizardi un poème de romantique intitulé « Adieu à la nature » qui indirectement incite au suicide par le poison.

En 1860, il faisait partie de l’expédition armée dirigée par son père et Garcia Moreno à Guayaquil et a pris la ville d’assaut.

Garcia Moreno a été proclamé président de l’Equateur en 1861 et Antonio Flores "Friendliest jeune, extrêmement généreux, ami de ses amis et très indulgent avec ses ennemis, qu’il traitait avec bonté et a péché excessive" a été envoyé à la France, de ministre plénipotentiaire de l’Equateur à la cour de l’empereur Napoléon III.

Les quatre années de son gouvernement étaient de paix,homme instruit et capable, Flores, a pris soin de gouverner avec justice, des progrès matériels dans le fonctionnement ont été faits.

Il réprima la dîme, l’abus de pouvoir, est sorti victorieux avec l’Eglise.

Dans l’arrière-plan était libérale révolutionnaire Alfaro, bien que théoriquement conservateur, formé le Parti progressiste. Flores était riche, illustrateur, catholique.

Ses qualités politiques ont remporté l’élection en tant que président de l’Equateur en 1888, poste qu’il a occupé jusqu’en 1892 et dont la promotion de la vie économique du pays en a été modifiée.

Il était aussi un homme de lettres remarquable et a écrit de nombreux livres, dont Le Grand Maréchal d’Ayacucho (1881), Pour l’histoire de l’Equateur (1891) et Naturalisation aux États-Unis, a été bien accueilli en son temps.

Antonio Flores Jijón est mort en 1915, après avoir maintenu une activité politique et intellectuelle intense tout au long de leur vie.

Le 2 septembre 1915, le jour de son décès est devenu jour de deuil national.

Sources : Domenico Gabrielli, Dictionnaire historique du Père-Lachaise, Editions de l’Amateur, Paris 2002. P.137

Archives ambassade de l’Equateur

Photo de la chapelle Pierre-Yves Beaudoin

(APPL 2016)

en 1906