Navigation







Hommes politiques - Hauts fonctionnaires - Représentants du peuple

EYMAR Ange Marie d’ (1747-1803)

17eme division (Chemin de la Bédoyère) (Cardytaphe)
vendredi 4 mars 2016.
 

Homme politique français

Ange Marie d’Eymar du Bignosc voit le jour le 8 septembre 1747 à Forcalquier

Décédé le 11 janvier 1803 à Genève, (Suisse)

Homme politique et haut fonctionnaire français, député aux États généraux de 1789 et à l’Assemblée constituante de 1789-1791.

Avant la Révolution, il se consacre à la littérature. Admirateur des philosophes des Lumières, il écrit au début de 1789 plusieurs articles où il dénonce l’intransigeance des ordres privilégiés, qui entraîne la ruine de l’État. Il est élu député de la noblesse de la sénéchaussée de Forcalquier.

Après l’ouverture des États généraux, il est dans les premiers députés de la noblesse à rejoindre le Tiers.

En décembre 1790, il demande à ce que de grands honneurs soient rendus à Rousseau.

En avril 1793, il est nommé commissaire de la République, chargé de la surveillance de l’armée des Alpes.

À l’été, résident à Gênes, il s’oppose à Barras et Fréron, qui accusent le général Brunet de trahison (il est finalement guillotiné en novembre).

Sous le Directoire, il est nommé ambassadeur à Turin, et participe donc aux préliminaires de paix de Villafranca avec le Piémont, après les premières victoires de Bonaparte lors de la campagne d’Italie (1796-1797).

Il reste en Italie jusqu’en 1800, quand il est nommé préfet du département du Léman. Il fait élever une statue de Voltaire à Genève et reste en poste jusqu’à sa mort.

Œuvres :

Anecdotes consacrées à Viotti, rencontré à Turin

Les Amusements de ma solitude, poésies (1802)

Notice historique sur la vie et les écrits de Dolomieu, souvenirs sur le naturaliste Dolomieu qu’il avait côtoyé

Il repose dans la division 17, chemin de Labédoyère

Inscriptions

Ici reposent réunis pour jamais après quinze ans d’une séparation douloureuse la dépouille mortelle de De Anne Catherine Rosalie DECOURT, décédée le 16 novembre 1818 âgée de 42 ans, veuve de Ange Marie d’EYMAR, membre de l’assemblée constituante, ambassadeur de France à Turin, préfet du dépt du Léman, et le cœur de ce digne époux qui fit la gloire de sa femme et lui dut le bonheur de sa vie.

Sources : Wikipédia et divers

Photos : Pierre-Yves Beaudoin (Wikimédia))

(APPL 2016)