Navigation







Ecrivain - Romancier - Poète

BALZAC Honoré de (1799-1850)

48eme division (1ere ligne, Q, 9)
mardi 4 avril 2006.
 

La Comédie Humaine

Honoré Balzac dit de Balzac, est né à Tours le 20 mai 1799. Il est le fils de Bernard-François Balssa ancien secrétaire du conseil du Roi et d’Anne-Charlotte Sallambier. Le nom de Balzac est emprunté à une vieille famille noble les Balzac d’Entraigues. La famille utilise la particule à partir de 1802. Le jeune Honoré étudie tout d’abord au collège de Vendôme. Il est reçu bachelier en droit en 1819. Mais il ne souhaite pas devenir juriste. Il se penche sur la philosophie et s’oriente très vite sur la littérature. Fort de son enthousiasme de jeune écrivain, il commet une tragédie qui lui vaut le conseil d’abandonner la littérature. S’entêta,il écrit alors des romans mineurs sous divers pseudonymes. En 1822, il devient l’amant de Laure de Berny qui l’encourage à persévérer et finance ses entreprises.

Honoré de Balzac se lance alors dans l’imprimerie de 1826 à 1829. Mais la réussite n’est pas au rendez-vous, il subit un échec financier. Il se remet alors à écrire avec un style et une manière tous différents, c’est rapidement le succès. Il devient l’amant de Laure Junot duchesse d’Abrantès en 1825, qui lui ouvre les portes des salons à la mode. En 1828, il séjourne à l’Isle-Adam. Pour lui, cette résidence et cette ville ont les attraits du paradis terrestre. Il publie son roman, Les Chouans en 1829, c’est un premier grand succès. Dans le même temps, Balzac collabore à plusieurs journaux et accélère sa production littéraire.

L’homme est porté sur les honneurs et la vie fastueuse mais, est couvert de dettes. Il veut se faire passer pour noble et s’arroge une particule. Il mène grand train, vie mondaine, amours etc. Pour pouvoir écrire encore et toujours plus, il se gave de café, des cafetières entières, nuit après nuit, ce qui détraque son système nerveux. Il publie en 1830 la Physiologie du mariage, critique et satyre de l’état marital. Cet ouvrage lui assure sa réputation. Dès lors, il ne cesse de produire des romans et des nouvelles.

En 1832, c’est le tournant décisif de sa vie. Il reçoit la première lettre de l’Etrangère, la comtesse Hanska. C’est le début d’une liaison de prés de dix sept années entrecoupées de séparations plus ou moins longues, mais soutenue par une correspondance assidue. Mais le démon des affaires le tarrode, vers 1837, il se lance dans de nouvelles entreprises coûteuses qui accroissent les dettes de l’écrivain. Il doit fuir, se cacher, déménager souvent, emprunter de faux noms pour échapper à ses créanciers. Sa production littéraire en souffre et est moins fournie. C’est en 1841, qu’Honoré de Balzac donne le jour à son œuvre majeure : La Comédie Humaine. Il a l’ambition de transcrire et de tracer le portrait de la réalité sociale et historique de son époque en décrivant à travers ses romans mœurs et caractères de ses contemporains. Il crée là une œuvre unique et colossale. Le comte Hanska décède, Balzac espère épouser alors sa veuve, la comtesse hanska. Il devra attendre neuf interminables années avant de voir son rêve se réaliser. En 1847 et 1848, Balzac séjourne chez Mme Hanska en Ukraine. Mais, sa santé malmenée par son style de vie se détériore rapidement. De plus en plus souffrant, enfin riche et célèbre, Honoré de Balzac épouse Mme Hanska en Ukraine le 14 mai 1850. Les époux s’installent à Paris le 21 mai. Balzac est agonisant, il appelle à son chevet le docteur Bianchon, un de ses personnages de la Comédie Humaine. Son agonie est atroce, il souffre énormément, la meilleure relation des derniers instants de Balzac figurent dans Choses vues, sous la plume de Victor Hugo. Le 18 août 1850, Honoré de Balzac s’éteint à l’âge de cinquante et un ans. Son épouse le rejoindra dans sa sépulture en 1882.

Crédit photos : Hugo_photo (APPL 2006)