Navigation







Ecrivains - Romanciers - Littérateurs

MAQUET Auguste (1813-1888)

54eme division (1ere ligne, S, 10)
lundi 3 avril 2006.
 

La Belle Gabrielle

S’il est un auteur bien oublié, c’est bien celui là. Ami et collaborateur d’Alexandre Dumas, on lui doit bien des pages signées par l’un des plus grands romanciers du XIXe siècle. Auguste Maquet est né en 1813.

C’est un brillant élève du Lycée Charlemagne, il y devient professeur suppléant très remarqué à l’âge de dix-huit ans. Il est tenté et se destine à l’enseignement, mais il est irrémédiablement attiré par la littérature indépendante.

C’est sans regret qu’il abandonne l’université. Il écrit quelques nouvelles qui sont publiées dans les journaux qui le mettent en rapport avec tous les jeunes écrivains brillants de cette époque très riche en talents divers. Il écrit aussi quelques poésies très bien accueillies.

Parmi ses amis, on distingue surtout Théophile Gautier avec qui il est très lié. Avec Gérard de Nerval, il compose quelques essais. C’est ce dernier qui le met en rapport avec Alexandre Dumas en décembre 1838. C’est le début d’une intense collaboration entre les deux écrivains, qui donne en quelques années, la célébrité et la renommée à Auguste Maquet.

Mais le bon Dumas est tout sauf un bon gestionnaire, et lorsqu’il sombre sous les dettes et les huissiers après son désastre financier, il ne reste plus à Auguste Maquet qu’à attaquer Dumas en justice pour impayé et surtout récupérer les droits d’auteurs sur les œuvres écrites en commun avec Dumas. Le tribunal, lors des audiences du 20 et 21 janvier 1858, considère Maquet comme un simple créancier, et moyennant la coquette somme de cent quarante cinq mille deux cent francs payable en onze ans, il perd le fruit de son travail considérable en renonçant à signer de son nom à coté de celui de Dumas sur tous les livres écrits en commun.

Auguste Maquet est pendant plus de douze années président de la société des auteurs et compositeurs dramatiques. En 1861, il est promu chevalier de la Légion d’Honneur. Parmi toutes les œuvres co-écrites avec Dumas citons : Les Trois mousquetaires, Vingt ans après, Le Chevalier d’Harmental, La Reine Margot, le Comte de Monte Christo, la Dame de Monsoreau, le Chevalier de Maison-rouge, Joseph Balsamo, les Mémoires d’un médecin, le Collier de la Reine, le Vicomte de Bragelonne, Ange Pitou, Olympe de Clèves, la Tulipe noire, les Quarante-cinq, la Guerre des femmes. Pour le théâtre on lui doit : Les Trois mousquetaires, La Jeunesse des mousquetaires, la Reine Margot, le Chevalier de Maison-Rouge, le Comte de Monte-Christo etc.

Maquet a écrit seul : Le beau d’Angennes, Deux trahisons, l’Histoire de la Bastille, Dettes de cœur, la Rose blanche et son œuvre maîtresse, La Belle Gabrielle. Le travail d’Auguste Maquet en collaboration avec Dumas consiste à rédiger une première copie, sorte d’ébauche à partir de ses connaissances historiques, Dumas la réécrit ensuite en rajoutant son style personnel et romanesque.

Auguste Maquet est décédé en son château de Sainte-Mesme (il disait souvent : gagné de ma seule plume), le 8 janvier 1888. Il repose sous un monument orné d’un médaillon en bronze, oeuvre du sculpteur ALLAR.

Qui est Auguste Maquet ?

L’autre Dumas...

G. Depardieu (A. Dumas) et B. Poelvoorde (A.Maquet)

Tout admirateur du grand Dumas vous répondra : -" C’est un collaborateur, le "négre" (parmi tant d’autres) d’Alexandre Dumas." point final...

Le réalisateur Saffy Nebbou tente de le ressuciter dans un film d’une heure quarante cinq dédié aux deux auteurs, deux hommes qui ont forgé la réputation de la littérature de cape et d’épée, du roman d’aventure au XIXe siècle et créé des vocations pas toujours trés heureuses...

Quoi qu’il en soit, ce film tente de nous restituer le portrait d’un auteur, peut être injustement oublié, mais, qui de son temps, sous sa plume et son nom, n’a guère mobilisé les foules...

L’AUTRE DUMAS (Article du Monde, 9 février 2010).

(APPL 2017)