Navigation







Le BRÉSIL au Père Lachaise

mercredi 15 mars 2006.
 

Les brésiliens au cimetière du Père-Lachaise

Si plusieurs Brésiliens connus de l’époque impériale du pays (avant 1889), ont leur tombeau au Père Lachaise, les deux personnages les plus célèbres qui évoquent le Brésil en ce lieu sont français. Ce paradoxe tient au caractère emblématique qu’ils représentent pour les Brésiliens, il s’agit :

-   d’abord du philosophe positiviste Auguste COMTE (17e division). La pensée de cet écrivain a si fortement influencé la mentalité et les institutions brésiliennes que la République Fédérale du Brésil, proclamée en 1889, a adopté pour devise nationale l’expression « Ordre et Progrès » (en portugais ORDEM E PROGRESSO), tirée de son œuvre.

-   Ensuite le penseur spirite Léon RIVAIL dit Allan KARDEC (44e division) dont la philosophie est diffusée par de nombreux adeptes en Amérique du Sud, principalement au Brésil.

De ce fait, le tombeau d’Auguste COMTE, régulièrement entretenu par des admirateurs brésiliens, est accompagné depuis 1985 d’une grande statue de bronze représentant l’Humanité, œuvre du sculpteur Henrique Batista da Silva Oliveira, réalisée à Rio-de-Janeiro par le fondeur Zani et érigée sur un emplacement acquis par la famille Amaro da Silveira. Un hommage rendu par l’église positiviste du Brésil orne la tombe.

De son coté, le tombeau d’Allan KARDEC, orné d’un buste par Capellaro, fait l’objet de nombreux pèlerinages de la part de fidèles brésiliens. Ce fut encore le cas en septembre-octobre 2004, à l’occasion du Congrès Spirite International organisé à Paris. La sépulture d’Allan KARDEC est aussi la plus fleurie du Père Lachaise.

Parmi les tombeaux accueillant des brésiliens, quatre retiennent spécialement l’attention car ils sont variés quant à leur style, de belle facture (marbre) et encore bien conservés malgré leur ancienneté :

-   Celui de Francisco de SOUZA COUTINHO, marquis de MACEYO (aujourd’hui MACEIO, état de ALAGOAS). Chambellan de l’Empereur du Brésil, décédé à Paris en 1837 puis rejoint, par son épouse décédée à Lisbonne en 1856 (44e division). Cette tombe est proche de celle du grand poète portugais (avant l’indépendance du Brésil) Manoel do NASCIMENTO (43e division).

-   celui du maréchal de l’armée brésilienne Joaquim d’OLIVEIRA ALVARES et de plusieurs membres de sa proche famille et apparentés (familles OLIVEIRA-SIQUERA, de SOUZA LISBOA, de SOUZA), marquis et marquises, parmi lesquels l’envoyé spécial et ministre plénipotentiaire de l’Empereur du Brésil auprès de Napoléon III. (45e division).

-   Celui du commandeur Marcellino GONCALVES, gentilhomme brésilien inhumé en 1854 (45e division) et celui du commandeur José FERREIRA dos SANTOS, de Rio-de-Janeiro, inhumé en 1846 (26e division).

L’Amérique latine est largement et diversement représentée au Père Lachaise à travers une douzaine de pays. Limitée en nombre, la représentation brésilienne est remarquable en qualité même si elle ne comprend pas de monument contemporain tel que l’obélisque précolombien (maya) du poète guatémaltèque Miguel Angel ASTURIAS.

L’année 2005, Année du Brésil, a fourni l’occasion d’une meilleure connaissance des tombeaux brésiliens érigés au Père Lachaise et permis de compléter la présente fiche d’information éditée dans sa première version en décembre 2004.

Sources : documentation gratuite à la disposition du public à la conservation du Père Lachaise.(Epuisé)