Navigation







Actrices - Cinéma - Télévision - Arts de l’écran

TRINTIGNANT Marie (1962-2003)

45eme division (1ere ligne, A, 3)
lundi 13 mars 2006.
 

Mon amour, mon amour

Fille de Nadine Trintignant, réalisatrice et de Jean Louis Trintignant, acteur, Marie Trintignant est née à Paris le 21 janvier 1962. Dès son enfance, elle apparaît dans les films de sa mère, notamment dans Mon Amour, mon amour avec son père Jean-Louis. Encore adolescente, en 1978, elle commence véritablement sa carrière d’artiste. On la découvre dans Série noire d’Alain Corneau, film sombre à l’ambiance désespérée et glauque. Grâce à Claude Chabrol, elle prend toute sa dimension dans le début des années 80. Sa voix et son regard profond sont mis en valeur dans Une affaire de Femmes, et dans Betty, où elle tient le premier rôle. Dans les années 90, c’est Cible émouvante, ou encore Comme elle respire, deux films, deux comédies.

C’est une actrice inclassable, c’est aussi une féministe convaincue, amoureuse de la vie et de l’amour, libérée et sensuelle. Elle a joué en 2000, le rôle d’une militante du droit à l’avortement dans un téléfilm réalisé par sa mère Nadine, Victoire ou la douleur des femmes. Marie Trintignant a joué dans une soixantaine de films et téléfilms, le dernier, Colette, de Nadine Trintignant laisse un goût de cendre et d’inachevé. Elle a été nominée à cinq reprises aux Césars : en 1999, Comme elle respire (meilleure actrice, 1998, Le Cousin (second rôle féminin), 1997, Le Cri de la soie (meilleure actrice), 1994, Les Marmottes (meilleure second rôle féminin), 1989, Une affaire de femmes (meilleur second rôle féminin).

Marie Trintignant est décédée le 1er août 2003 à Neuilly sur Seine, des suites d’un coma profond provoqué par des coups violents assenés par son compagnon Bertrand Cantat, chanteur du groupe Noir Désir, pendant une dispute en juillet 2003.

Un hommage lui a été rendu au Théâtre Edouard VII par des lectures de textes et des chansons qu’elle affectionnait. Elle a été inhumée au Père Lachaise le 6 août, accompagnée par une foule vêtue de clair. Un moment symbole de la violence envers les femmes, la brutalité de son décès a ému toute la France, mais force est de constater que sa sépulture n’attire plus autant de monde seulement trois ans après cet évènement tragique.