Navigation







Automobiles - Constructeurs - Chefs d’industrie

MAAS Emile (1876-1908)

7eme division
mardi 16 février 2016.
 

Directeur de société

Sépulture d’Émile Maas (1876-1908), directeur de la Société des Automobiles Passe-Partout

Winifred Parsons (-1908), fiancé d’Émile Maas et fille de Charles Parson, président de Rome, Watertown and Ogdensburg Railroad.

En avril, Émile Maas meurt dans un accident d’automobile.

En août, Winifred Parsons, se suicide se tirant une balle de revolver dans la tête.

Inscriptions sur la tombe : Emile MAAS 1876-1908

Hélène MAAS 1891-1965

Revue de presse (La Presse 1908)

23 août 1908.

« C’est un sombre drame qui s’est déroulé dans un luxueux family-hôtel du quartier de l’Etoile, situé 72, avenue d’Iéna.

Une jeune Américaine d’une grande beauté, miss Winifred Parsons, âgée de vingt-deux ans, qui s’était installée, il y a quelques jours, dans la pension de famille, s’est tiré une balle dans Ia tête. La mort a été instantanée.

A l’hôtel de l’avenue d’Iéna, dirigé par Mme Perrin, nous apprenons que miss Parsons était d’une excellente famille. Elle était partie de New-York pour venir à Paris, rejoindre son fiancé. Ce dernier, Emile Maas, attendait la fin de certaines formalités pour unir ses jours à ceux de la jeune fille, quand il fut victime d’un accident d’automobile et mourut.

De ce jour, miss Parsons n’eut en tête que l’idée de la mort. Chaque matin, on la voyait sortir de sa chambre toute de noir vêtue ; elle achetait des fleurs et allait pleurer, au cimetière, sur la tombe de son fiancé. Elle si vive, si gaie auparavant, ne parlait plus à personne. Elle avait annoncé plusieurs fois son intention de mettre fin à cet intolérable martyre. Elle fit l’acquisition d’un revolver. Pendant plusieurs jours, elle porta l’arma sur elle, sans se décider à s’en servir ; mais, hier soir, s’étant parée, elle se mit sur son lit et se tira une balle dans la tête.

Le commissaire de police du quartier de Chaillot, immédiatement prévenu, procéda aux constatations d’usage et prévint Ia famille de la malheureuse jeune fille.

Le corps est resté encore ce matin dans la coquette chambre de l’hôtel, toute parfumée par les fleurs que la jeune fille disposa elle-même avant de mourir. »

( La Presse , édition du 25/08/1908 )

Winifred Parsons repose, avec Emile Maas, dans la 7ème division.

Le monument est orné d’une pleureuse en pierre signée par H. Poupon

Sources :(1908-04-19). "Deuil". Le Figaro : 2-Ferrari (1908-08-26). Le Rappel.

(1908-08-24). "Winifred Parsons end life in Paris". New York Times.

Photo : Didier Muller (APPL 2019)

(APPL 2019)