Navigation







Ecrivains - Littérateurs - Philosophes

COUSIN Victor (1792-1867)

4eme division (1ere ligne, AA, 17)
vendredi 10 mars 2006.
 

Philosophe spiritualiste

Victor Cousin est né à Paris le 28 novembre 1792. Homme politique et philosophe, il fut l’ami de Guizot et de Villemain. Il occupa le poste de professeur à la Faculté des Lettres en 1815, mais son cours fut suspendu à causes de ses opinions libérales. En 1827, il fut rappelé dans sa chaire. Ancien élève de l’Ecole Normale, il y fut fait maître des conférences et en devint directeur en 1830. Il fit un séjour en Allemagne en 1824, il fut arrêté à Dresde sous l’accusation de carbonarisme et emprisonné pendant six mois à Berlin.

C’est en 1843 seulement qu’il débuta dans la littérature, avec la publication d’un Mémoire sur les Pensées de Pascal qu’il envoya à l’Académie. Chef de l’école éclectique, philosophe spiritualiste, il édita les œuvres de Descartes, traduisit Platon et Proclus. On lui doit une Histoire générale de la Philosophie, le Vrai, le Beau, et le Bien, les Femmes du XVIIIe siècle.

Ce dernier ouvrage est fort intéressant à consulter pour l’histoire des sociétés littéraires en France. Après 1830, il fut Pair de France, conseiller d’état et ministre de l’instruction publique en 1840. Il fut l’auteur de nombreux ouvrages entre 1820 et et 1865 ainsi que de nombreux discours et travaux académiques.

Après le décès du baron Joseph Fourier, il est élu à l’Académie Française le 18 novembre 1830. Il fut reçu par l’abbé de Féletz le 5 mai 1831. Il battit Benjamin Constant, soutint les candidatures de Victor Hugo, de Falloux et de Lacordaire. Victor Cousin fut nommé à l’Académie des Sciences morales et politiques à sa réorganisation en 1832. Il fit partie de la Commission du Dictionnaire. V. Cousin était commandeur de la Légion d’Honneur, il s’est éteint le 14 janvier 1867.

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)