Navigation







L’ÉPHÉMÉRIDE DU PÈRE LACHAISE (3 février)

d. Naissance de Gertrude STEIN (1874-1946)

94eme division
jeudi 4 février 2016.
 

3 février 1874.

La "papesse de l’avant-garde", Gertrude STEIN (94ème division), naît dans le comté d’Allegheny, en Pennsylvanie, au sein d’une famille juive aisée.

Au tout début du vingtième siècle, Gertrude, sous le coup d’une déception amoureuse - elle a découvert qu’elle aimait les femmes - décide de s’arracher à son milieu pour suivre son frère Leo dans ses aventures. Celui-ci, désireux de devenir artiste, est parti s’établir dans la capitale française.

En 1903, le frère et la sœur louent un petit appartement près du jardin du Luxembourg, au 27, rue de Fleurus. Cette adresse deviendra mythique : le salon de la rue de Fleurus sera point de rencontre des artistes d’avant-garde de son époque.

L’année suivante, Leo, qui manifeste un intérêt très vif pour Cézanne, s’offre une de ses toiles, La Conduite d’eau, qui sera la première d’une longue série d’œuvres acquises par lui et Gertrude. Gertrude achètera des peintures de Cézane chez Ambroise Vollard ainsi que les premières toiles de ses amis Matisse et Picasso, contribuant à leur lancement et se constituant par là même à une remarquable collection.

En 1905, par l’intermédiaire de l’écrivain et esthète Henri-Pierre Roché, Leo et Gertrude Stein rencontrent Picasso. Le peintre est ébahi par le physique impressionnant de la jeune femme et lui demande d’être son modèle. Après 90 séances de pose, Picasso donne le dernier coup de pinceau à sa toile, en 1906.

La même année, Picasso et Matisse se rencontrent grâce à l’entremise des Stein.

Les deux artistes jouent ensuite à un jeu très simple et plutôt brutal : c’est au « lequel des deux » aura chez les Stein, dans le lieu le plus emblématique, la toile la plus emblématique - pas nécessairement la plus vaste, mais la plus forte, celle qui relègue le rival au deuxième plan.

A partir de 1908, date à laquelle Alice Toklas fait irruption dans sa vie, Gertrude, qui ne tardera pas à s’éloigner irrémédiablement de Leo, s’affirme dans sa sexualité.

Chargée de s’occuper de son secrétariat, Alice Toklas est séduite par les écrits de cette dernière, au moment même où Leo se montre indifférent aux appétences littéraires de sa sœur. Alice s’inféode au génie de Gertrude tout en devenant la "bonne fée" de son intérieur, s’occupant du ménage, de la cuisine... Elle sera sa compagne jusqu’à sa mort.

L’apport aux arts de Gertrude Stein ne consiste pas seulement à avoir su découvrir, au moment de leur éclosion, les grands peintres du XXème siècle. Gertrude Stein sera aussi une figure légendaire de la littérature moderne. Même si leur hôtel de la rue de Fleurus accueille maintenant toute l’avant-garde artistique et littéraire, Gertrude ne rencontre que peu de succès auprès des éditeurs.C’est à compte d’auteur qu’elle publie en 1909 Trois Vies, un recueil où se devine l’influence des Trois Contes de Flaubert, qu’elle traduisit en langue anglaise.

Alors que le cubisme lui fait appréhender le langage autrement que par l’approche traditionnelle signifiant/ signifié, les journalistes lui reprochent de malmener la langue française. Son œuvre réside dans l’invention d’un style littéraire nouveau, basé sur la répétition, cherchant à saisir l’essence des êtres et des choses et à les incarner en phrases.

Gertrude rencontre André Masson et Hemingway à Paris en 1922.

Elle invente la célèbre expression : « la génération perdue » pour désigner les écrivains américains expatriés en Europe au lendemain de la Première Guerre mondiale : Hemingway, Scott Fitzgerald, Sherwood Anderson, Ezra Pound,...

Elle publie en 1922 un recueil de poésie, Géographie et autres pièces, dans lequel elle réfléchit sur la manière de brouiller les mots par la répétition, les débarrassant ainsi de leurs stéréotypes : "A rose is a rose is a rose is a rose", l’un des vers du recueil, devient ainsi sa devise. Alice Toklas prend l’initiative de l’apposer partout : sur son linge, son papier à lettres...

La renommée de Gertrude va croissant. En 1933, l’Autobiographie d’Alice Toklas consacre ce succès. En fait, Gertrude s’y raconte elle-même à travers les yeux de sa compagne.

Puis c’est la guerre, à nouveau, et les deux femmes, juives et homosexuelles, partent se réfugier à Belley près de Chambéry.

"Tous savaient où elle était mais personne n’osa la toucher, ni les Allemands ni la Milice de Vichy", écrit Antoine de Baecque. En effet, Gertrude et Alice retrouveront leur appartement et leur collection intacts après la guerre. Elles ont bénéficié de la protection d’un de leurs amis, l’universitaire et écrivain Bernard Faÿ, qui a collaboré avec les nazis...

La "papesse de l’avant-garde" meurt à Paris d’un cancer en juillet 46. Elle a quand même eu le temps d’achever un livret d’opéra, The Mother of Us All, qui met en scène les tribulations d’une suffragette du 19e siècle.

La tombe végétalisée de Gertruse Stein se trouve sur l’avenue circulaire, en 1ère ligne de la 94ème division.

http://www.franceculture.fr/2011-11-10-gertrude-stein-l-audacieuse

Gertrude Stein, par Francis Picabia. 1933