Navigation







L’ÉPHÉMÉRIDE DU PÈRE LACHAISE (19 janvier)

m. Décès de Stanislas Jean ,marquis de BOUFFLERS (1738-1815)

11eme division
mardi 19 janvier 2016.
 

18 janvier 1815.

Mort à Paris de Stanislas Jean, marquis de BOUFFLERS, plus souvent appelé le chevalier de Boufflers.

Fils de la marquise de Boufflers, maîtresse du roi Stanislas, il se rendit célèbre par sa vie épicurienne et ses poésies très légères.

Abbé libertin, bel esprit et petit marquis, ce cumul de mandats ne fut pas jugé incompatible avec son appartenance à l’Académie française.

Il composa des Poésies érotiques et des Poésies et pièces fugitives, si fugitives qu’elles se sont enfuies depuis longtemps de toutes les mémoires.

On le destinait à l’Eglise ; mais il déclara franchement au roi Stanislas que le plaisir était la seule affaire dont il voulut s’occuper, et ne consenti de l’abbaye qu’on lui avait donnée que les 40 000 livres de revenu qui y étaient attachées.

Poète libertin et noble désargenté à la Cour, il obtient en 1785 la charge de gouverneur du Sénégal, où il effectue deux séjours (1786-1787), le premier en résidant à Saint-Louis et le second à Gorée.

On lui prête, sans preuve, une liaison “à la mode du pays” avec la signare goréenne Anne Pépin et de nombreux enfants naturels avec d’autres femmes de l’île de Gorée. Pendant son séjour, il a écrit une très précieuse et abondante correspondance à sa future épouse, la comtesse Eléonore de Sabran.

De retour en France, il est élu à l’Académie Française en 1788 puis député des Etats-Généraux en 1789. Représentant de la noblesse, il émigre après la chute de la royauté puis rentre définitivement en France en 1803.

Le chevalier de Boufflers repose dans le bosquet de la 11ème division dit "enclos Delille", en compagnie de Delille, Saint Lambert, La Harpe, Dureau de la Malle et la comtesse de Sabran.

Sources :

-  Larousse « Dictionnaire mondial des littératures » et Henry « Le Père Lachaise historique, monumental et biographique »

-  S. de BOUFFLERS

Crédit photo : Maria-Antonia