Navigation







L’ÉPHÉMÉRIDE DU PÈRE LACHAISE

e. Décès de Pierre Jean DAVID D’ANGERS (1789-1856)

39eme division
mardi 5 janvier 2016.
 

5 janvier 1856.

Mort à Paris Pierre-Jean David dit Pierre-Jean DAVID D’ANGERS, sculpteur fécond à qui l’on doit entre autres le célèbre fronton du Panthéon ainsi que les bustes et médaillons (environ cinq cents) qu’il modela d’après les gloires (écrivains, artistes, etc.) de son époque.

Les bustes de François Arago, Honoré de Balzac, Samuel Hahnemann, Ennius-Quirinus Visconti, les monuments funéraires de Jacques Nicolas Gobert et Maximilien Sébastien Foy, la statue de Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, du maréchal Suchet duc d’Albufera..., le Père-Lachaise recèle un bon nombre de ses œuvres.

Il a renoncé pour lui-même à tout ornement autre que les grandes lettres de son nom (il repose dans la 39ème division).

Voici un extrait du discours prononcé par Etex lors des funérailles au Père-Lachaise :

« ...Quelle perte pour l’art que celle de l’auteur de la statue de la Jeune Grecque au tombeau de Botzaris, du jeune Barra, de Gouvion de Saint-Cyr, d’Armand Carrel et de tant d’autres chefs-d’œuvre, de tant de beaux bustes, de tant de médaillons si admirablement touchés !

C’est que David a le premier fait entrer dans la sculpture l’ingrat costume de notre époque. C’est que, par la puissance de son exécution savante, il a su réunir dans ses ouvrages, aux qualités de la statuaire antique, l’accent, le cachet de son génie tout français, tout gaulois.

Mais en travaillant pour son époque, David travaillait aussi pour la postérité. Ses œuvres, messieurs,se retrouvent partout, jusque dans le nouveau monde, et dernièrement, avec orgueil, j’admirais, sur la place de Washington, la belle statue de Jefferson, du penseur américain, que l’on doit à son puissant ciseau... »

David d’Angers photographié par Édouard Baldus (1853)